geekulture

Counter-Strike Global Offensive

 


Depuis l'avènement des Call Of Duty et autres Battlefield, Counter-Strike était peu à peu tombé dans l'oubli. Mais chez Valve, on ne lâche pas une licence aussi forte, et c'est avec cette nouvelle version Global Offensive que ce classique du FPS multi revient sur le devant de la scène. Verdict.

 

 

VERDICT :

 

Global Offensive modernise avec brio le grand classique qu'est Counter-Strike. Si le plaisir est intact, on regrette tout de même le manque de nouveautés.

Les plus :
  • Très accessible
  • Nerveux et fun
  • Nouveaux modes de jeu
Les moins :
  • Pas grand chose de nouveau
  • Pas de nouvelle carte
 NOTE : 17/20
CS Global Offensive art

Quand on en parle autour de soi, le nom Counter-Strike rappelle toujours de bons souvenirs chez les joueurs amateurs de LAN et autres anciens squatteurs de cybercafés. Et c'est justement le problème, Counter-Strike fait aujourd'hui partie du passé. Le jeu n'a connu aucune évolution et le roi a fini par se faire éjecter de son trône par la concurrence.

Cette nouvelle version Global Offensive est là pour remettre les pendules à l'heure, mais sans changer le principe du jeu. Vous aurez toujours un groupe de contre-terroristes dont la mission sera de contre-carrer les plans des « terro » : délivrer des otages ou désamorcer des bombes. Et comme d'habitude, on peut aussi aller à l'essentiel en liquidant directement l'équipe adverse. Enfin on retrouve le « truc » qui rendait Counter-Strike si stressant : l'absence de respawn. Les parties se décomposent en plusieurs rounds qui s'achèvent lorsque toute une équipe est décimée, ou quand un objectif est rempli. Si vous vous faites fragger, il ne vous reste plus qu'à regarder la fin de la partie en encourageant vos partenaires. Vous n'avez donc pas le droit à l'erreur, ce qui rend les parties très nerveuses. C'est old-school, certes, mais toujours très addictif.



EVERYBODY'S WELCOME


Afin d'habituer les petits nouveaux à ce shooter pas vraiment comme les autres, les développeurs ont ajouté un mode d'entraînement très complet, dans lequel tous les joueurs sont équipés de veste en kevlar et d'un casque. De même, le tir ami et les collisions entre joueurs sont également désactivées, histoire de commencer en douceur. Enfin, toujours dans cette optique d'aider les débutants, le matchmaking leur permettra d'affronter des joueurs du même niveau.

Sinon, côté nouveautés, il n'y a pas grand chose à signaler. L'interface a été revue de fond en comble, les menus ont été modernisés et sont un modèle de sobriété et d'ergonomie. De manière générale, la technique a fait un sacré bond en avant (elle en avait bien besoin) avec des décors et des personnages beaucoup plus détaillés. Ce n'est pas non plus la folie mais ce qui prime avant tout dans Counter-Strike, c'est la lisibilité de l'action, qui reste parfaite. Mais c'est surtout en ce qui concerne les armes et les décors que l'on signale très peu de changements. Quelques mitraillettes en plus, une ou deux grenades, et les mêmes niveaux qu'il y a 10 ans avec quelques caisses et un ou deux couloirs en plus. Vous ne risquez pas d'être dépaysés. Mais ces huit maps ont bénéficiées d'un level design tellement bon qu'on n'arrive pas à s'en lasser. Et de toute façon, il y a fort à parier que la communauté ne tardera pas à enrichir le jeu rapidement, comme ce fut le cas pour les épisodes précédents. Enfin, on notera l'apparition de deux nouveaux modes : Course à l'arsenal, très arcade, et Démolition, où l'arme que peuvent utiliser les joueurs varie selon leurs performances. Avec Counter-Strike Global Offensive, Valve dépoussière sa série culte en profondeur sans vraiment la bousculer. L'occasion de constater que le jeu est toujours aussi fun. Avis aux curieux, ou aux nostalgiques.



31/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres