geekulture

Darksiders II

 


L'arrivée de Darksiders 2 nous permet de retrouver un univers à la fois riche, sombre et passionnant. Après la disparition de War, l'arrivée de Death est-elle la garantie d'un gameplay toujours aussi solide et d'un gameplay renouvelé ?

VERDICT :

 

Mission réussie pour le studio Vigil Games, qui a su améliorer la formule du premier Darksiders en proposant un mix parfait entre aventure, beat them all et RPG, le tout dans un univers passionnant et d'une grande richesse

Les plus :
  • Univers réussi
  • Richesse du contenu
  • Variété de gameplay
Les moins :
  • Problèmes de caméra
  • Pas toujours fluide
  • Quelques passages vides
note : 17/20

Darksiders2 glace

Les nouvelles – et bonnes – séries sont suffisamment rares pour ne pas être saluées. C'est le cas de Darksiders, un titre édité par THQ en 2010 et dont le succès surprise eu tôt fait d'inciter leurs auteurs a en faire une suite. On retrouve ce même mélange d'aventure et d'action qui faisait tout son charme, mais on oublie son héros War, mis à l'écart et accusé à tord dans le premier épisode. C'est au tour de Death (oui, ils ont des petits noms charmants) de rentrer en scène, persuadé de l'innocence de son frère. Nous verrons que l'esprit de la série est bien respectée, avec toutefois des différences bienvenues. Déjà, on retrouve cet univers qui avait su séduire les joueurs dans le premier épisode. Le jeu est sombre et torturé, et si certains regrettaient un premier degré un peu trop prononcé, cette suite arrive à ne pas toujours se prendre au sérieux. Parfois drôles ou ironiques, les dialogues surtout arrivent à décoincer une ambiance parfois trop pesante.

Darksiders 2 Uriel
 

APRÈS LA GUERRE, LA MORT

Tandis que le premier jeu avait juste des faux airs de RPG, Darksiders II met les deux pieds dedans. Tout, ou presque, peut être amélioré et/ou personnalisé : Death monte de niveaux mais ses accessoires et sa tenue également. Vous pourrez ramasser des objets lâchés par vos ennemis (amulettes, éléments d'armures, armes) et customiser votre héros à votre guise. Pour les lents un peu bourrins, on conseillera les massues et autres haches, et pour les plus vivaces, il conviendra de choisir plutôt des griffes ou des matraques. A noter que certaines armes vont pouvoir « dévorer » d'autres armes afin de se renforcer. En ce qui concerne les pouvoirs même de Death, il y en a tellement que vous pourrez là encore jouer comme vous aimez : des pouvoirs de type Harbinger (messager, qui vous rendent plus fort) et Necromancer (sorcier, qui vous permettent d’invoquer diverses entités) se déverrouillent à partir de certains niveaux, ce qui nous fait dire que deux possesseurs de Darksiders II n’auront jamais la même expérience de jeu. Enfin, comme un signe ultime du passage au RPG / action, il y a même des petits chiffres qui s'affichent au dessus des adversaires pour vous indiquer les dégâts que vous leur infligez. Sauf que, on reste dans le beat them all pur et dur avec de longs combos très spectaculaires, tout l'inverse d'un vrai RPG. Sachez aussi que Death, au contraire de son frère, n'a pas la capacité de parer les coups. Il ne peut qu'esquiver, ce qui donne un rythme plus pêchu aux combats.


 Darksiders 2 Samael

DONJON MASTER

On se souvient également que les phases de plateforme avaient une grande importance dans le premier Darksiders. Ici, c'est pareil, avec en vedette un nouveau héros encore plus souple et agile que le précédent. Death peut par exemple courir sur des chaînes comme un funambule, grimper sur des piliers, ou encore sauter d'une paroi à l'autre. Loin d'être anecdotiques, ces phases sont très plaisantes à jouer et pas forcément évidentes, mais l'excellent level design donne toujours envie d'aller plus loin. Sans parler des quelques puzzles qui vous reposeront les pouces mais vous feront chauffer la cervelle... Le seul regret que l'on puisse avoir au sujet des donjons concerne la présence de couloirs vides sans aucun ennemi, mécanisme, ou encore élément à gravir, et qui font un peu office de remplissage. Mais vue la qualité de l’ensemble, ça reste de l’ordre du détail.

Darksiders 2 Lilith 

SAUVAGE ET BEAU

Visuellement, l’équipe créative de Darksiders II a fait un excellent boulot. Avec son style très comics, le jeu bénéficie d’une direction artistique à la fois irréprochable et très personnelle. Il suffit pour s’en convaincre de s’attarder quelques instants sur le design des personnages, en partculier les Makers, très réussis. Et surtout, Darksiders II dispose d’un univers riche, varié, coloré, et extrêmement vaste. Mais après toutes ces louanges, il est tout de même important de noter les quelques petits problèmes présents dans le jeu. La caméra se bloque dans les coins de temps en temps, et on remarque quelques ralentissements lors des phases à cheval. Mais tout cela n'est jamais problématique et jouer à Darksiders II reste une excellente expérience. Les phases de jeu sont longues, variées et parfaitement maîtrisées, et l'univers sophistiqué et cohérent achèvent d'en faire un titre incontournable pour cette fin d'été.



21/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres