geekulture

SteelSeries Siberia V2

SteelSeries Siberia V2

 
 
   
   
   
   
   
   
 
 
 
 
Type de casque Circum-aural avec micro
Réponse en fréquence 10 Hz - 28 kHz
Haut parleur Tranducteur dynamique / fermé
Impédance 32 ohms
Sensibilité 112 dB SPL
 
Le casque USB, avec ou sans micro, est à la mode en ce moment. Ca fait moderne, high-tech, et on se dit que c'est forcément génial. Et puis en plus, on branche et ça fonctionne !

Notez que ce dernier argument est facile à mettre de côté : deux connecteurs mini-jack, ce n'est pas plus compliqué à brancher, et là aussi, ça fonctionne de suite.
On pourrait parler des effets surround, mais là encore, on peut émettre de gros doutes. Dans la majorité des cas, il s'agit d'un simple traitement logiciel, relativement médiocre, et n'importe quel traitement de spatialisation intégré à une carte son est plus performant.

En fait, la réelle utilité d'un casque USB, c'est de pouvoir court-circuiter la carte son interne d'un ordinateur, parfois dramatiquement parasitée. Le casque USB étant totalement autonome, il n'émet quasiment aucun de ces bruits désagréables.

A part cela, privilégiez le mini-jack, c'est tout aussi bien, et c'est en général moins cher.

A l'image de Razer, SteelSeries couvre la majorité des périphériques pour joueurs. Le Siberia fut l'un des casques les plus réputés pour gamers. Voyons si sa nouvelle mouture poursuit son chemin dans la bonne direction.

Ergonomie : des changements mineurs

Si à l'époque de la V1 le Siberia était un casque Icemat (la société a été rachetée il y a quelques temps), SteelSeries n'a pas radicalement modifié ce casque. On reste donc sur une armature à arceau suspendue, plus traditionnellement vue chez AKG.

Dans la liste des nouveautés, on découvre un micro sur tige souple, qui se range dans l'écouteur gauche, comme sur les autres casques SteelSeries, ainsi que des mousses d'oreillettes recouvertes de skaï plutôt que de velours. La construction a également été revue, fermant un peu plus le casque. Pour un produit de joueur, ce n'est pas forcément un mal.

Finalement, l'évolution est plutôt positive, et le casque confortable. Reste le choix du skaï assez difficile à comprendre. Même sur un casque ouvert, ce n'est pas le meilleur revêtement.

Audio : une belle neutralité

Le vilain défaut de bien des casques concurrents pour joueurs, c'est de vouloir en mettre plein les oreilles. C'est bien, ça en jette, mais ce n'est pas gage de qualité audio. Pire, si les premiers effets de jeux ou films ont tendance à déboucher les conduits auditifs, cela devient vite lassant.

De même, dans un jeu, l'abus de basses n'est pas du meilleur goût lorsqu'on veut détecter avec précision ses ennemis et concurrents. Et c'est justement l'un des points forts du Siberia de pas tomber dans ce piège. Il présente une belle neutralité. Certes, ce n'est pas un casque hi-fi, mais le confort auditif est bel et bien présent.

Même constat au niveau de la largeur sonore. La construction semi-ouverte n'y est certainement pas étrangère. Et ça aussi, c'est bon à prendre. D'un autre côté, cette construction semi-ouverte est aussi synonyme de faible isolation. Comprenez que non seulement les personnes proches entendront tout du jeu en cours, mais que tous les sons externes parviendront également à vos oreilles. Pas très pratique pour se concentrer.

Dans la droite ligne de son prédécesseur, le Siberia V2 est donc un beau casque pour joueurs... qui joue en appartement. Si le son est très bon, son manque d'isolation pourrait causer bien des soucis en LAN.
 
 
 

-

Armature suspendue, confortable

-

Neutralité du rendu, pas d'exagération des basses

-

Construction ouverte pour un son plus aéré

-

Un casque ouvert ne permet pas de jouer dans toutes les conditions

-

Oreillettes recouvertes de skaï

4
Le Siberia V2 fait évoluer le V1 en douceur. C'est un casque pour joueurs atypique, mais de qualité.


30/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres