geekulture

Call Of Duty Modern Warfare 3

Il y a encore quelques mois, peu de monde aurait parié sur. Il faut dire qu’avec le départ des fondateurs et d’une grande partie du staff d’Infinity Ward, transférés chez EA, les choses étaient plutôt mal engagées pour le blockbuster d’Acti. Mais malgré nos doutes et ceux de toute une industrie, la nouvelle team Infinity, épaulée par Sledgehammer Games, a su relever le défi de clore avec classe la trilogie la plus populaire de cette génération. Un solo efficace et un multi pléthorique, on vous explique en quelques lignes pourquoi modern warfare 3est sans conteste le volet le plus complet de la série.

Makarov

Tuer Makarov. Quel qu’en soit le prix. Pour les camarades tombés. Pour la liberté. Tel est le leitmotiv de Soap et Price, les deux derniers membres de la Task Force 141. Mais la vengeance attendra. Car modern warfare 3 reprend là où son prédécesseur nous avait laissé. Les deux héros sont en fuite, à la fois traqués par l’armée américaine et par les troupes de Makarov. Pire, Soap est entre la vie et la mort. Au début du jeu, la situation n’est donc pas vraiment glorieuse. Heureusement, d’habiles facilités de scénario et quelques alliés indéfectibles vont vite remettre nos gaillards sur les rails, Scar-L et grenades flash en main, prêts à bouter tout accent russe hors des frontières du capitalisme. New-York, Londres, Paris ou Mogadiscio, le monde est désormais votre terrain de jeu avec comme ligne de mire ce diable moqueur de Makarov. Et si la campagne solo reste courte, entre cinq et sept heures suivant la difficulté, les missions s’enchainent à un rythme d’enfer qui ne souffre aucun temps mort. Vous tenterez ainsi de déjouer une menace terroriste entre deux échauffourées sur les quais de Seine, participerez à un dogfight entre hélicos de combat au beau milieu de Wall Street ou ferez exploser des sous-marins nucléaires dans la baie de l’Hudson. Une certaine idée de la routine.

test-call-of-duty-modern-warfare-3-63187

Live together. Die Alone.

D’une manière générale, qu’il s’agisse de séquences scriptées à grand spectacle ou de simples affrontements, la tension qui se dégage des combats est constante, à la limite de l’oppression. Car si beaucoup de passages ont un air de déjà-vu, le jeu compense ce feeling et la linéarité des niveaux par un nombre d’ennemis assez affolant. En fait, vous ne serez jamais tranquille plus de quelques secondes. Invasion russe oblige, les vagues adverses sont denses et passablement hostiles. Par ce biais, Infinity Ward a voulu rehausser –avec succès- la difficulté de son titre tout en grattant un peu de durée de vie au passage. Conséquence, on craint pour sa vie, les chargeurs se vident vite et il faut alors se mettre à découvert pour récupérer des munitions sur les cadavres. Ce dynamisme permet aussi de ne pas trop se focaliser sur la réalisation fatalement datée de Modern Warfare 3. Les animations sont vieillottes, les effets de particules et les modélisations sommaires. Mais occupé à faire face à cinquante russes surarmés, l’esthétique s’efface devant la maitrise affichée de la mise en scène. C’était d’ailleurs le principal reproche formulé à l’encontre de battefield 3. Si son scénario ne casse pas non plus des briques,modern warfare 3 a l’avantage de nous embarquer dans une aventure haletante qui contentera pleinement les fans. Quant à savoir si Price finira par attraper Makarov, vous n’aurez qu’à le découvrir vous même.

test-call-of-duty-modern-warfare-3-63188

L’académie du skill

Tuer KevL0L92. Quel qu’en soit le prix. Pour les camarades tombés. Pour la liberté. Pour lui faire payer ses killstreaks insolents aussi, à ce petit con. Car jusqu’à la sortie de modern warfare 3, le multi des COD se résumait souvent, sur les premiers jours de jeu, à se faire éclater par des adversaires bien mieux stuffés. Un calvaire qui durait des premières parties jusqu’au niveau 15 ou 20, signe d’un armement à peu près potable et d’une meilleure connaissance des maps. Vous le croirez ou non, mais l’apparition du mode Survie dans modern warfare 3 a pour origine ce triste constat. Dans ce mode inédit, deux joueurs vont, en local ou en ligne, affronter des vagues d’ennemis sur les cartes multi du jeu. D’abord face à quelques trouffions mal équipés, nos compères devront, au fil des assauts, se mesurer à des troupes de choc de plus en plus retors pour finir par affronter toute l’armada russe, hélicos y compris. Entre chaque round, il faudra dépenser ses sous dans l’achat de munitions et d’armes plus puissantes, et mettre au point fissa la stratégie pour le prochain round. Un mode gentiment pompé sur le mode Horde de Gears qui propose une course aux leaderboards, le nombre de vagues de respawn étant infini. Mais aussi drôle à jouer qu’il soit, -et il l’est- le mode Survie permet surtout de comprendre les cartes avant de foncer tête baissée jouer au multi. Une sorte de super tuto qui permet d’apprendre les bons spots de tir et de couverture pour éviter de finir en hachis pour roxxor dès le premier round sur le Live. Et également un véritable pousse-au-crime tellement l’envie d’aller plus loin à chaque échec est omniprésente.

Mais cette notion de jeu en duo n’est pas présente que sur le mode Survie. modern warfare 3 marque aussi le retour du classique Spec Ops, qui fait un comeback classieux à travers seize cartes. Les habitués n’y trouveront pas grande nouveauté, mais simplement le plaisir de morfler sec en jouant en difficulté vétéran sur des tracés empruntés au solo. A ce titre, mention spéciale aux coursives du sous-marin russe Olga, qui eurent raison d’un confrère et de moi-même durant une bonne demi-heure. Classique donc, mais ultra efficace.

MW3-53166

Règle 1 : Avoir un bon cardio

Celui qui fait sa petite révolution c’est le multi en ligne, le vrai, celui sur lequel vous allez passer deux à trois cents heures de jeu. Aux huit modes de jeu préexistant en compétitif, la section s’en voit ajouter deux nouveaux, Elimination confirmée et Défense en équipe. Dans le premier, les points obtenus pour chaque kill sont divisés en deux parties. La moitié versée au moment de la mort, l’autre contenue dans un dog tag qui apparaît au dessus du joueur fraichement tué. Au fraggeur de se bouger pour récupérer la totalité de ses points… avant que quelqu’un d’autre ne le fasse ! Entre les vautours en puissance et les pièges tendus par certains, l’arrivée de ces dog tags sur la carte chamboule véritablement les parties, fait enrager les snipers et souffle un vent de fraicheur sur les parties en ligne. Une très bonne idée. L’autre nouveau venu, on l’a dit, c’est le Défense en équipe. Ici, le but est d’accumuler plus de points que l’adversaire en se battant pour la domination d’un unique drapeau. A ceci près que le porteur n’a aucune base où le ramener, et va donc devoir compter sur ses coéquipiers –ou avoir un bon cardio- pour garder le bout de tissu le plus longtemps possible et engranger des points. Evidemment, le drapeau est visible par delà les parois. Bien sûr, du coup le porteur risque de crever d’un headshot à travers mur à chaque instant. Et oui, ce mode un peu barré s’avère vraiment fun à jouer, surtout quand le lièvre connaît la carte sur le bout des doigts.

En parallèle, Modern Warfare dépoussière le système de parties privées de black ops. Il est toujours possible de personnaliser tous les aspects du match (temps de jeu, armes dispos, atouts et soutiens), mais le nombre de modes de jeu s’accroit pour passer à six. On en retiendra pour l’essentiel Jeu d’armes, déjà présent sur black ops et hérité du mod Gun Game de Counter 1.6, et Infectés. Les joueurs y combattent un Mastodonte –soldat doté d’une super armure-, avant d’en rejoindre progressivement les rangs une fois tués. Au joueur restant, plus rapide mais plus fragile, de survivre face aux autres jusqu’à la fin du round. Avec une subtilité de taille, les joueurs voient les Mastodontes évoluer sur leur carte, mais la réciproque n’est pas vraie. Prêt à jouer au chat et à la souris ?

MW3 Paris

Petite dague +30

L’autre révolution de Modern Warfare, c’est le lifting apporté au système d’expérience et aux killstreaks. On vous laissera en découvrir tous les aboutissants par vous-même, mais sachez que vous allez non seulement faire grimper de niveaux votre classe, mais vos armes aussi. Ainsi, en vous servant intelligemment de votre M4A1 jaune moutarde, l’arme montera en gamme et pourra se voir adjoindre une visée laser, holographique, un silencieux, ou encore le fameux dual scope. Mais l’arme développera aussi désormais ses propres atouts, qui pourront se composer d’un recul réduit, une visée plus rapide ou un double emplacement pour accessoires. Si certains seront frustrés de ne plus pouvoir personnaliser n’importe quelle arme à l’envi, ce système a le mérite de s’adapter au style du joueur et de le forcer à en changer épisodiquement s’il veut un arsenal complet et à niveau.

Concernant les streaks, tuer n’est plus le seul moyen de les obtenir. Accomplir un objectif compte désormais comme un point, ce qui est peut-être la meilleure chose qui soit arrivée au multi de COD depuis longtemps. Et quitte à tout renouveler, Infinity Ward a repensé l’organisation des killstreaks, ces capacités spéciales qui peuvent inverser le cours d’une bataille. Ils sont désormais présents sous forme de paquets, classés en trois catégories : Assaut, Support et Spécialiste (qui mélange un peu des deux). Chaque paquet débloque un item à paliers de pointstreaks réguliers. Drone, Predator ou AC-130 pour le paquet Assaut, gilet pare-balles, tourelle et bombardier furtif pour le Support. Des exemples pris au hasard parmi la vingtaine d’options disponibles pour chaque lot. En jeu, les killstreaks Assaut se remettent à zéro à chaque mort du joueur, à l’ancienne. Mais ce n’est plus le cas des paquets Support qui durent eux, tout le round. En résulte un gameplay plus équilibré, qui privilégie davantage les bons camarades que les loups solitaires.

MW3-58708

C0D 1337

Son annonce avait fait grand bruit, Call of Duty Elite fait ses débuts avec modern warfare 3. Après quelques mois d’une discrète bêta, le service en ligne Elite a donc été officiellement lancé. Pour schématiser, il vous permet, via navigateur Web ou in game, de créer des groupes d’intérêts, d’organiser des clans, de participer à des tournois ou, plus intéressant encore, d’analyser vos dernières parties pour connaître vos forces, vos faiblesses, les spots de tir favoris des joueurs sur telle ou telle map, etc. Complet, Elite se veut tout à la fois un Facebook-like pour joueurs, un lieu de rendez-vous pour compétiteurs de haut niveau et un outil de statistiques ultra complet qui vous permettra de comprendre comment vous améliorer. A son annonce, on craignait que la plupart des fonctions d’Elite ne soit réservée à l’offre Premium. En définitive, c’est plutôt l’inverse, la seule différence vraiment marquante entre le gratuit et le payant se situe, pour l’heure, au niveau des compétitions en ligne. Elles proposeront de gagner des tshirts et des bons d’achat pour les joueurs de base, des iPad, des télés LCD ou de véritables Jeep pour les Premiums. A noter que l’offre payante comprend d’office l’intégralité des DLC à venir, ce qui pourra décider certains à sauter le pas.

MW3-53148

Grand cru

Bardée de toutes ces nouveautés, que vaut la cuvée 2011 de Modern Warfare ? Après des millions de kills au couteau sur MW2 et une année polluée par le fléau des voitures téléguidées de Black Ops, les changements apportés font un bien fou à la série. Plus coopératif, moins individualiste, le nouveau venu ose bousculer certains poncifs pour en bonifier la substance. On pense notamment à tout ce qui a trait à l’évolution du perso et de son équipement. Au chapitre des regrets, on déplorera des cartes nombreuses mais parfois peu inspirées et des points de respawn pas toujours bien placés, qui nous situent tantôt à deux minutes de marche de l’action, parfois juste devant le canon de l’adversaire. Ceci mis à part, Call of Duty : modern warfare 3 assure le show et si son solo sera bouclé en une soirée à peine, son multi, classique mais maitrisé, nous embarque à l’aise pour un an de plaisir non stop.

test-call-of-duty-modern-warfare-3-63186

 

 

 

 verdict: exelente suite

 

note: 17/20

 



21/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres