geekulture

Batman Arkham City

 

 

 

Seul dans la jungle d'Arkham City, Batman va devoir relever un de ses plus grands défis. Le Dark Knight est-il toujours le plus grand de tous les héros ?

Nous avons tous un rapport très particulier à Batman. Certains l’ont découvert à la télé via la série kitschissime des années 60 ou la magnifique série animée des 90’s. D’autres, de manière plus classique, ont connu le héros de Gotham via les bandes dessinées avec des œuvres majeures telles que le Dark Knight Returns de Franck Miller ou le Killing Joke d’Alan Moore. Ces dernières années, ce sont les deux films de Christopher Nolan qui ont intéressé un tout nouveau public aux exploits de Bruce Wayne / Batman. Enfin, dernière apparition en date remarquable du Dark Knight, le Batman : Arkham Asylumde Rocksteady a conquis bon nombre de joueurs, s’imposant de manière évidente comme un des meilleurs jeux de cette génération. Dès lors, la tâche de lui succéder n’avait rien d’une sinécure…

Batman-Arkham-City-xbox-360-59256

Bat-fan

En prenant le parti de placer cette nouvelle aventure de Batman dans un monde ouvert, Rocksteady a pris un gros risque : celui de briser une des forces du précédent volet : la fluidité de la narration. En effet, avec sa structure linéaire, Batman Arkham Asylum pouvait progressivement introduire chaque personnage, chacun d'entre eux étant lié à un environnement. Avec Arkham city, l'arrivée de chaque protagoniste dans le scénario est un peu plus abrupte mais également accompagnée de plus de références. A la manière de la présence du Calendar Man évoquée dans le premier volet juste au travers de feuilles de calendrier dans une cellule, des indices sur le casting de Batman Arkham City seront parfois visibles par les fans. Car qu'on se le dise, Arkham City est un jeu que les fans de Batman vont adorer, peut-être encore plus que l'épisode précédent et assurément plus que les simples fans de jeu vidéo. Et cela tombe bien, je fais partie des fans (même si je déteste ce mot) de Batman.

Batman-Arkham-City-xbox-360-59265

Dark City

Le personnage principal de ce nouvel épisode n'est pas à ranger du côté des héros ou des méchants puisqu'il s'agit d'une ville ou plus précisément d'un quartier. Pensé par le maire Quincy, archétype de la démagogie et de la corruption politicienne, Arkham City n'a rien d'un lieu de villégiature à moins de s'appeler Le Joker. Cette zone cernée par des murs infranchissables réunit les populations de la prison Blackgate et de l'asile d'Arkham. Bienvenue donc dans un parc d'attractions pour psychotiques en tout genre. Ce Luna Park de cauchemar vous proposera bien évidemment son roi des clowns mais également sa grande roue, sa ménagerie, ses auto-tamponneuses, son labyrinthe de glace(s), son stand de tir et toute une jolie galerie de monstres de foire. Au milieu de tout ça, deux funambules : Batman et Catwoman. C'est en incarnant tour à tour ces deux héros que vous allez découvrir cet extraordinaire fête foraine qu'est Arkham City, extraordinaire tout d'abord par sa beauté. Là où Arkham Asylum impressionnait avant tout par ses intérieurs soignés, Arkham City profite de son univers ouvert pour laisser libre court à une direction artistique et architecturale magistrale. On sent que chaque bâtiment a été pensé, que ce soit avec sa propre identité visuelle mais également en tant que zone de jeu. C'est bien simple, on se surprend parfois à se suspendre à une gargouille pour le simple plaisir d'admirer cette sublime ville. Quant aux intérieurs, si on omet quelques textures parfois un peu grossières, ils sont renversant de créativité, comme c’est le cas dans le musée. Les déplacements d'un point à l'autre de la ville, en alternant les phases où l'on plane et celles où l'on utilise le grappin ne sont jamais rébarbatifs. Bien au contraire même puisque c'est également l'occasion de découvrir l'incroyable densité de propositions de jeux que recèlent les rues d'Arkham City.

Batman-Arkham-City-xbox-360-59250

Faster Pussycat kill kill

C'est sur ce deuxième point qu'Arkham City est extraordinaire : la richesse de son gameplay. Premier constat, le plus évident, l'arrivée d'un nouveau personnage jouable, Catwoman, amène avec lui son lot de possibilités. Un petit aparté à ce sujet : si vous achetez le jeu neuf, on vous recommande fortement de télécharger dès le début le DLC Catwoman fourni puisque Selina Kyle (Miaou !) fait partie intégrante du scénario de Batman : Arkham City et ne se joue pas « à part ». La féline Selina peut donc grimper sur les grilles, ouvrir des trappes, lancer des bolas et plein d'autres choses encore. Elle a à sa disposition une vision de voleur, l'équivalent de la vue détective de Batman à quelques nuances près. Certains studios de développement auraient pu se contenter d'un héros supplémentaire en guide de nouveauté mais, chez Rocksteady, cette arrivée n'est finalement qu'un élément parmi tant d'autres. Les missions secondaires, en marge donc de l'aventure principale, sont à ce titre exemplaires. C'est bien simple, elles sont tout bonnement géniales, avec des défis variés, et des apparitions de guests jubilatoires. Ajoutez à cela une kyrielle de micro défis avec les fameux points d'interrogation de L'Homme Mystère à récupérer (400 !), des ballons de baudruche à éclater, des caméras de surveillance à détruire et même quelques rares dentiers du Joker à broyer et vous avez une idée partielle de ce qui vous attend. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez toujours allez molester quelques malfrats, histoire d'engranger des points d'expérience ou de faire parler un homme d'Edward Nigma qui vous révèlera les emplacements de quelques points d'interrogation. Alors, s'il faut une douzaine d'heures pour finir la trame principale, jouer sans profiter de toutes les possibilités qui vous sont offertes serait un énorme gâchis...


Batman-Arkham-City-xbox-360-59245

Bourre-pif gadget

Pour profiter de tout cela, Rocksteady s'est aussi employé à renouveler votre stock de gadgets. Sachez que vous commencerez l'aventure avec la plupart des objets du premier volet. Viendront s'y adjoindre les joujoux de Catwoman mais également quelques petites nouveautés vous permettant au choix, de geler un adversaire, de déclencher un appareillage électrique ou encore de rendre inopérante une arme à feu. Voilà qui vous sera bien utile face à des ennemis toujours aussi coriaces avec une IA parfois très agressive. Ces derniers pourront même brouiller votre vue détective, détruire vos perchoirs ou vous repérer dans la pénombre. Pour les affronter, vous ferez bien évidemment appel aux deux ressorts du jeu précédent : l’élimination discrète et le combat. Ce dernier s’est enrichi de quelques coups supplémentaires et nous a semblé surtout plus nerveux. Quant aux séquences d’infiltration, le level design fait toujours merveille et permet un nombre incalculable d’approches différentes.

Batman-Arkham-City-xbox-360-59268

Hugo Strange in the night

Tous les joueurs d'Arkham Asylum ont encore en tête les fabuleuses séquences avec Scarecrow / L'Epouvantail. On ne les détaillera pas ici par respect pour les hérétiques qui n'ont pas encore essayé cet excellent jeu. Sachez toutefois que vous ne retrouverez pas d'équivalents dans cette suite. Il existe bien une tentative assez maladroite de s'en rapprocher avec une série de tests à accomplir pour accéder à un statut spécial (dur d'être plus précis sans spoiler) mais soyons honnête, c'est assez raté et constitue une des rares déceptions du jeu. De même, le postulat de faire d'Hugo Strange le grand méchant du jeu n'est pas totalement exploité. A contrario, une trop courte séquence face à l'un des plus grands malades de l'univers de Batman constitue un des moments forts de cette aventure. Mais surtout, la fin du scénario va en laisser plus d'un bouche bée, elle est juste... D’autant plus qu’elle amenée via un crescendo musical sublime, les musiques étant au diapason du reste de la direction artistique du jeu.

Batman-Arkham-City-xbox-360-59252

The Dark Knight Returns

Avec Batman Arkham Asylum, Rocksteady avait frappé un grand coup, avec une œuvre qui enfonçait tous les poncifs sur les jeux tirés de licence. Avec sa suite, le studio londonien s’impo se comme un des plus grands studios actuels en réussissant là où tant d’autres ont échoué. Batman Arkham City est un excellent jeu sans aucun rival dans le genre en 2011. Mais pour les vrais amoureux de l’univers de la créature de Bob Kane, Arkham City fait désormais partie des œuvres majeures.

 
Batman-Arkham-City-xbox-360-59269 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59268 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59267 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59266 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59262 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59263 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59264 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59265 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59261 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59257 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59256 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59260 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59259 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59255 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59258 -

Batman-Arkham-City-xbox-360-59254 -

 

 

 

 

Batman-Arkham-City-xbox-360-59253 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59252 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59250 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59251 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59249 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59246 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59247 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59248 -

 

 

Batman-Arkham-City-xbox-360-59244 -

Batman-Arkham-City-xbox-360-59245 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59243 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59242 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59238 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59239 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59240 -
Batman-Arkham-City-xbox-360-59241 -

 

 

Batman-Arkham-City-xbox-360-59237 -

Batman-Arkham-City-xbox-360-59236 -

 



23/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres