geekulture

Meizu MX quad-core

Meizu est un constructeur chinois qui n’est plus inconnu. Depuis plusieurs années, c’est à grand coup d’annonces que la marque chinoise s’est fait connaître. On a découvert la marque avec le baladeur MP3 MiniPlayer M6 apparu en 2006 et qui était à l’époque une copie de l’iPod nano ! Ensuite avec l’arrivée de l’iPhone, le constructeur a tenté de sortir des smartphones similaires à celui d’Apple, comme le M8 et le M9, mais ces derniers ne sont restés disponibles qu’en Asie (ou en import) et notamment en Chine où Meizu est assez connu. Après une période de buzz, le constructeur chinois lança l’année dernière son Meizu MX, un smartphone encore une fois inspiré de l’iPhone, mais dont les spécifications étaient largement au-dessus de ce dernier. Et enfin, il y a quelques jours, Meizu a lancé le MX quad-core, premier smartphone, autre que Samsung, a être équipé d’un processeur ARM Cortex-A9 Exynos quad-core 1.4Ghz du constructeur coréen. Inutile de vous dire que quand nous avons appris sa disponibilité, nous nous sommes procuré ce dernier (uniquement disponible en Chine pour l’instant) afin de découvrir ce qu’il avait dans le ventre.

 

Spécifications

 

Ecran : ASV 4 pouces capacitif multi-touch, résolution de 960 x 640px (292 DPI), 160 000 couleurs
OS : Android ICS 4.0.3 + Flyme OS 1.0
Processeur : ARM Cortex-A9 SAMSUNG Exynos Quad-core 1.4Ghz avec GPU Mali-400MP
RAM / ROM : 1Go LPDDR2 1066, 32Go/64Go
APN : 8.0 megapixel (3264×2448 pixels) f/2.2, 1080p@30Fps, flash LED au dos + webcam visio VGA en façade
Réseaux : GSM/GPRS/EDGE/WCDMA/HSPA+ (GSM 900/1800/1900 MHz & 3G 850/900/1700/1900/2100MHZ)
aGPS, HSPDA, Bluetooth 2.1, Wi-Fi, G-sensor
Compatibilité :
Video : AVI, MP4, 3GP, MOV, MKV, FLV
Audio : FLAC, APE, MP3, OGG, AMR, AAC
Image: JPG, PNG, BMP, GIF
Connectique : port MHL (microUSB / HDMI), microSIM, jack 3,5mm
Batterie : 1700mAh Li-on
Dimensions : 121.3×63.3×10.3mm
Poids : 139g

 

Contenu de la boite

 

C’est dans un packaging très sympa que Meizu livre son MX quad-core. Prenant une forme presque carrée, la boite renferme un petit livret qui renferme lui-même le smartphone, la notice ainsi que ses accessoires. C’est assez classique en soi puisqu’on retrouve le traditionnelchargeur secteur USB, un câble microUSB, un kit SIM > microSIM et un petit outil pour ouvrir le téléphone. Par contre, vous noterez qu’il n’y a pas d’écouteurs livrés avec l’appareil !

Prise en main

 

Le Meizu MX quad-core est un téléphone haut de gamme et une fois en main, on voit bien que ce dernier offre une très bonne finition, franchement aussi bonne que le Galaxy S3 de Samsung ! Malgré sa coque arrière en plastique, le smartphone ne fait absolument pas « cheap », tient bien dans la main et respire la solidité. D’ailleurs pour l’ouvrir et mettre sa carte microSIM, ce n’est pas si simple, puisque Meizu livre un petit outil, sans quoi il vous sera pratiquement impossible de l’ouvrir !

Sur la face avant on retrouve donc l’écran de 4″, en haut à droite la camera visio VGA, et en dessous de l’écran un bouton « home » et de chaque côté des boutons sensitifs à base de petites LED qui change de forme suivant l’application dans laquelle vous êtes. Ces boutons sensitifs n’ont donc rien à voir visuellement avec ceux d’Android (option, home, retour) qu’on retrouve sur tous les smartphones fonctionnant sous l’OS de Google. Même si cela est assez déroutant au départ au départ, on s’y fait vite et on s’aperçoit que ces derniers ont d’autres fonctionnalités. Par exemple, un appui long sur celui de gauche quand vous êtes sur la page d’accueil mettra le téléphone en veille, alors qu’un appui long sur celui de droite, vous permettra d’accéder au multitâche ainsi qu’aux contrôles du lecteur audio.

Côté gauche, place aux boutons de volume, sur le dessus la prise jack de 3,5mm et le bouton de mise sous tension alors qu’en dessous vous aurez uniquement la sortie microUSB.

Enfin, au dos, le capteur de 8 Mégapixels de l’APN et le flash LED.

Vous l’aurez noté, le Meizu MX quad-core est disponible en 32Go ou 64Go, mais ne dispose pas d’un port microSD.

Pour ce qui est du design, ne soyons pas aveugle et avouons que ce MX ressemble énormément à un iPhone, certes pas le 4S, mais quand même… Ceci étant dit, l’appareil est loin d’être moche, outre la bonne finition, les matériaux utilisés sont de bonne qualité et le tout tient bien dans la main avec tout de même un poids un peu supérieur à ses concurrents alors qu’il est plus petit (Galaxy S3, HTC One X…).

Enfin, côté écran, le MX n’a rien de spécifique, c’est un écran ASV signé Sharp qui offre une résolution de 960×640 (292 dpi). L’angle de vision est très bon, mais les couleurs peuvent sembler un peu fades comparées au Galaxy S3 par exemple. Le point noir reste la résolution, là où la concurrence fait du HD, Meizu se contente d’une résolution 960×640, et même si ce n’est qu’un écran de 4″, la différence par rapport à ses concurrents est flagrante, surtout pour la navigation web. Dommage.

 

Software (Android + Flyme OS)

 

Le Meizu MX quad-core est commercialisé sous Android ICS 4.0.3, mais si vous vous attendez à découvrir un smartphone Android assez classique, vous êtes loin du compte ! En effet, ce smartphone est peut-être sous Android, mais le constructeur chinois a développé une surcouche nommée Flyme OS, et plus qu’une surcouche, c’est un OS dans l’OS ! Flyme ici en version 1.0 est très similaire à iOS, avec une navigation réduite à son minimum et un accès rapide aux fonctionnalités.

Dans un premier temps, l’écran de déverrouillage offre des raccourcis vers l’appareil photo ou les SMS, mais une fois débloqué, place aux surprises…

Là où Android propose un menu dans lequel on retrouve toutes ses applications, Flyme propose des écrans à l’infini comme sur l’iPhone et absolument pas de menu applications !

Là où Android propose d’utiliser d’appuyer que le bouton « option » pour accédez aux paramètres de l’appareil depuis l’écran d’accueil, Flyme propose tout simplement une icône « Paramétres » disponible directement sur l’écran d’accueil.

Là où Android propose un accès rapide aux widgets ou la création de raccourcis en laissant son doigt appuyé quelques secondes sur un des écrans d’accueil, Flyme propose un menu Widgets/Personnalisation uniquement disponible depuis les paramètres de l’appareil.

Il y a énormément d’autres différences comme celles-ci, vous l’aurez compris, difficile de retrouver Android dans ce Meizu MX. Pourtant, les applications officielles sont présentes, Gmail, Maps, YouTube et les autres, il y a même Google Play, mais Flyme a aussi ses propres applications et sa boutique d’applications.

Flyme OS est proche d’Android mais c’est véritablement un OS dans l’OS comme je l’ai déjàdit. Pour preuve, il est tout à fait possible d’utiliser ce smartphone sans entrer une fois son compte Google. Dans ce cas-là les services de l’américain ne fonctionneront pas tous, mais comme Flyme dispose de ses propres services (plus ou moins similaires) vous vous y retrouverez, surtout si vous parlez chinois, car beaucoup d’éléments ne sont pas encore traduits en anglais. De même, vous pourrez créer un compte Flyme, comme votre compte Google, qui vous permettra de sauvegarder sur le Cloud l’ensemble des éléments du téléphone (contacts, agenda, applications, configuration…) et même de retrouver votre smartphone en cas de perte de ce dernier (système de localisation).

À noter aussi qu’il est possible de personnaliser la barre de raccourcis du bas, qu’il est facile de créer des dossiers (fonction de ICS non modifiée) ou encore que la barre de notifications embarque des raccourcis utiles tels que le WiFi, le GPS, la synchronisation des données..

Il y a également une série de raccourcis avant d’éteindre le smartphone (long appui sur la touch Power) qui permettent notamment de régler la sonnerie, le vibreur, le mode avion, la synchronisation des données ainsi que le basculement automatique de l’écran.

Uniquement disponible en Chine et prochainement en Asie, voir peut être aux US, le Meizu MX n’est par contre pas disponible en Français. Bien que le français est normalement intégré à Android, Meizu n’a gardé que le Chinois et l’Anglais. Si cela ne gène pas d’avoir des menus en Anglais dans l’utilisation de ce smartphone, le clavier par contre devra être modifié en AZERTY, sans quoi cela deviendra vite compliqué. Mais heureusement il en existe un bon paquet sur Google Play ! On vous conseille au passage l’excellent Swiftkey.

Arrivé à ce point, on peut dire que le Meizu MX est un smartphone accessible à tous, très simple d’utilisation, rapide, mais aussi trop proche de l’iPhone. Quand on achète un smartphone sous Android, ce n’est pas pour avoir une copie du smartphone d’Apple, mais plutôt unevéritable alternative à ce dernier. Heureusement Android est plutôt bien fait et sans avoir à rooter et installer une nouvelle ROM, il suffit de se rendre sur Google Play et d’y télécharger un « launcher », Go Launcher par exemple, mais il en existe d’autres qui vont vous permettre de mettre une bonne partie de Flyme OS de côté et de retrouver un smartphone Android des plus classiques avec son menu applications et ses différentes options… Pour avoir testé avec plusieurs launchers, le smartphone réagit très bien, peu de bugs, juste la batterie qui semble se vider un peu plus vite. Si vous n’êtes pas fan de Flyme, voici donc un moyen simple et rapide de changer d’air sans avoir à mettre les mains dans le code. Après si vous êtes un utilisateur avertit, le Meizu MX peut évidemment être rooté et les premières ROM alternatives sont d’ores et déjà disponibles (MIUI notamment).

 

 

 

 

 

 

Multimedia

 

 

 

Si le Meizu MX s’avère être un terminal assez surprenant, il continue de nous étonner quand on passe à la partie multimédia.

 

 

 

En effet, pour ce qui est de la navigation web, rien à dire, le navigateur fait bien son boulot, tout est assez fluide, rapide et le test Sunspider donne même une meilleure note au Meizu MX qu’au Galaxy S3 ! La gestion du flash quand on installe le plug-in disponible sur Google Play est également particulièrement bien gérée, en partie grâce à l’accélération matérielle. Notre fameux test de YouTube (le site web version desktop pas l’application) pour lire une vidéo en streaming en Full HD 1080p s’est déroulé sans accroc. La vidéo est fluide (ça dépend aussi de votre connexion) et on peut afficher celle-ci en plein écran, naviguer dans la page, mais aussi le site sans craindre que le tout plante comme chez certains concurrents.

 

 

 

Côté audio/vidéo, le Meizu MX n’a également pas à rougir de ses concurrents. C’est simple, il offre une compatibilité aussi complète que le Galaxy S3 (AVI, MP4, 3GP, MOV, MKV, FLV, FLAC, APE, MP3, OGG, AMR, AAC, JPG, PNG, BMP, GIF) et donc bien plus complète qu’une majorité de smartphones Android. Surtout que Meizu a eu la bonne idée (comme notamment Apple et Samsung), de faire des applications dédiées à l’audio et la vidéo, alors que d’autres passent uniquement par la galerie d’Android. Ces applications aussi simples soient-elles permettent donc de lire un maximum de formats et offrent quelques fonctions pratiques (un equaliser perso pour la partie audio par exemple). Attention par contre, même si le Meizu MX gère très les sous-titres, comme l’appareil est en anglais ou chinois, il aura du mal avec lescaractères accentués, il vous faudra donc télécharger une application tierce (MX Player par exemple) si vous souhaitez utiliser cette fonctionnalité.

 

 

 

 

Notez que le Meizu MX dispose aussi d’un port MHL, qui avec le câble spécifique, vous permettra de brancher ce dernier sur un écran avec une entrée HDMI et donc de profiter du HDMI mirroring.

 

 

Côté jeux, le Meizu MX tient tout à fait la route, vous vous doutez bien qu’avez le processeur Exynos quad-core de Samsung, difficile de ne pas être à la hauteur ! Cependant, certains jeux ne sont pas passés ou d’autres n’étaient pas disponibles pour ce terminal. Rien de nouveau donc puisque le Galaxy S3 rencontrait aussi ce type de problème, mais petit à petit les éditeurs font les mises à jour nécessaires pour rendre leurs jeux compatibles.

 

 

Enfin, en ce qui concerne la photo, le Meizu MX offre pour rappel un APN de 8.0 mégapixels (3264×2448 pixels) avec un capteur de type rétroéclairé (BSI) et un objectif avec une ouverture de F/2.2. C’est très proche de ce que propose le Galaxy S3 mais pourtant le rendu est bien différent et malheureusement moins bon. Les photos sont un peu fades et manquent de piqué. De plus, il m’a semblé que l’APN offrait moins de fonctionnalités que d’habitude, surtout par rapport au Galaxy S3, car quitte à avoir une surcouche Flyme très présente autant améliorer la fonction APN, non ?

 

Pour ce qui est de la vidéo, là aussi un peu en dessous par rapport aux concurrents, mais cela reste tout de même assez bien surtout que l’appareil peut filmer jusqu’en 1080p@30Fps…

 

 

Voici quelques exemples de photos et d’une vidéo :

 

 

 

 

 

 

Autonomie

 

Comme un bon nombre de smartphones, le Meizu MX vous propose une batterie de 1700mAh et vous permettra de tenir une bonne journée avec Flyme OS et le processeur cadencé à 1Ghz (trois niveaux différents) car si vous le mettez à 1.4Ghz, ce dernier semble plus consommer et même si on reste sur une journée, ce ne sera pas du 7h-23h, mais plutôt 8h-21h. En effet, il est possible de régler la fréquence du processeur sur trois niveaux, le premier étant à 800Mhz et le dernier à 1,4Ghz. De mon côté, étant un « power user », j’utilise énormément mon smartphone et ne reflète surement pas l’utilisateur lambda.

Le Meizu MX est donc dans la moyenne, l’avantage c’est qu’on peut jouer avec certains paramètres qui peuvent avoir une influence sur l’autonomie et ce n’est pas plus mal.

Performances

 

Côté hardware, ce Meizu MX est le premier smartphone, en dehors de Samsung, a être équipé d’un processeur ARM Cortex-A9 Exynos quad-core 1.4Ghz du constructeur coréen, qui est complété par un GPU Mali-400MP et 1Go de RAM. Vous avez donc là des spécifications presque identiques au Galaxy S3, même le capteur photo est aussi un 8 Megapixels rétro-éclairé (BSI F/2.2) avec un flash LED !

Comme vous pouvez le constater lors des différents benchmarks, ce Meizu MX est très performant, et même s’il n’arrive pas totalement à la hauteur d’un Galaxy S3, il n’en est vraiment pas loin ! C’est quand même une belle surprise, surtout que les résultats sont là sur ces benchmarks, mais aussi en utilisation, il n’y a clairement pas un lag ou un ralentissement sur ce smartphone.

 

 

Conclusion

 

Belle surprise avec ce Meizu MX quad-core, c’est le moins qu’on puisse dire ! Ce smartphone est une sorte de mélange entre un iPhone pour le design et un Samsung Galaxy S3 pour la partie hardware. Il nous aura étonné tout au long de ce test. Mais tout n’est pas rose, car si les performances sont bien là, l’OS Flyme du constructeur chinois est loin de nous avoir convaincu, enlevant au passage tout le charme et l’ouverture que propose Android.

À 350 euros environ, le Meizu MX quad-core offre tout de même un excellent rapport qualité / prix, qui devrait en tenter plus d’un. Surtout que ce dernier dispose d’un potentiel intéressant en s’y intéressant de plus près (root, launcher, ROM alternatives). Il pourra aussi ravir ceux qui souhaitent avoir un smartphone très simple d’utilisation (en Anglais) mais qui n’ont pas envie d’avoir un iPhone !

 

Galerie photo

 



23/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres