geekulture

Quantum Conundrum

 


Avec un jeu comme Portal à son CV, Kim Swift avait de quoi faire saliver les joueurs en annonçant Quantum Conundrum, un autre puzzle game à la première personne. Reste à voir si la foudre a frappé une seconde fois...

 

VERDICT :

Quantum Conundrum est un honnête Puzzle Game, mais rien de plus. Le jeu de Kim Swift propose des énigmes de qualité qui utilisent intelligemment la physique, soutenues par une excellente prise en main. Mais son univers sans charisme et sa réalisation sans ambition en font cependant un jeu vite oublié. Et vus les antécédents de sa créatrice, on était vraiment en droit d’en attendre plus.

Les plus :
  • Des puzzles bien fichus
  • Bonne prise en main
  • Quelques bons traits d’humour
Les moins :
  • Réalisation sans ambition
  • Univers quelconque
  • Des musiques crispantes
 NOTE : 14/20
Quantum Conundrum

Il était une fois une séance de baby-sitting bien particulière. Le héros, un enfant de douze ans, va devoir sauver l’oncle qui était sensé le garder. Ce dernier, l’excentrique Professeur Quadwrangle, s’est en effet retrouvé coincé dans une dimension parallèle à la suite d’une expérience foireuse. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, le scientifique n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé. Heureusement pour lui, il a malgré tout la possibilité de communiquer avec son neveu. Il va donc guider le jeune garçon afin qu’il trouve et active des générateurs sensés l’aider à regagner sa dimension. Le scénario de Quantum Conundrum est pour le moins basique et il y a fort à parier que son univers ne marquera pas les esprits comme l'a fait Portal lors de sa sortie. L’histoire n'est pas particulièrement palpitante et les dialogues ont peu de chances de devenir cultes. Cela étant dit, le personnage de Quadwrangle, avec son style pince-sans-rire, bénéficie tout de même de quelques répliques amusantes et de jeux de mots bien sentis. 


SANS MAÎTRISE, LA PUISSANCE N’EST RIEN

Le point fort de Quantum Conundrum réside clairement dans ses énigmes. Ca tombe bien puisqu'il s'agit d'un puzzle game. Chacune des nombreuses pièces traversées dispose de son casse-tête basé sur la physique. Ces derniers utilisent des mécanismes variés jouant avec des éléments comme le poids, ou encore la vitesse du temps. En fonction des situations et des énigmes, le héros a la possibilité de traverser les dimensions. Chacune d'entre-elles dispose de caractéristiques qui lui sont propres. Dans l'une de ces dimensions par exemple, les objets deviennent aussi légers de que la plume. Dans une autre, le temps ralentit. Au joueur de trouver comment utiliser les spécificités de chacune des dimensions pour atteindre son objectif. Il est par ailleurs souvent nécessaire de passer de l'une à l'autre en l'espace d'une seconde pour atteindre son objectif. Le timing joue donc un rôle essentiel dans la résolution des énigmes. La qualité des puzzles est aidée par la simplicité de la prise en main : le changement d'une dimension à l'autre est symbolisé par une seule touche, ce qui rend l'ergonomie simple et intuitive. Le seul bémol se situe au niveau des phases de plates-formes. La vue à la première personne n'est en effet pas idéale pour enchaîner les sauts mortellement risqués.


SIMPLE MAIS PAS TRÈS FUNKY

Heureusement pour Quantum Conundrum que ses mécanismes de jeu et sa prise en main sont solides, parce qu'il est loin de briller grâce à sa réalisation. Esthétiquement déjà, le jeu fait une utilisation pour le moins modeste de l'Unreal Engine. Les pièces du manoir dans lequel se déroule l'action se suivent et se ressemblent, ce qui ne serait pas trop gênant si la décoration avait été un peu plus sophistiquée. Dans les faits, il est question de murs aux textures simples qui ne sont pas sans rappeler les grandes heures de la Nintendo 64. Pour ce qui est de l'ambiance sonore, rien à redire, idem pour le jeu des acteurs : le comédien qui incarne le Professeur Quadwrangle, John de Lancie, est tout à fait convaincant dans son rôle. Les musiques d'ambiance soufflent quant à elles le chaud et le froid. Si certaines accompagnent convenablement et discrètement les énigmes, d'autres ont le don de taper sur les nerfs, en particulier lors d'énigmes prises de tête. Qui a eu la bonne idée de mettre une musique au cours de laquelle quelqu'un siffle presque non-stop, dans un jeu de ce genre ? En somme, Quantum Conundrum est un titre à recommander avant tout aux joueurs amateurs d'énigmes et de puzzles. Pour un scénario palpitant et un univers fascinant, il faudra retourner sur Portal 2.



24/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres