geekulture

Risen 2 : Dark Waters

 


Alcool, poudre à canon et vaudou. Bienvenue chez les pirates !

 

VERDICT :

 

Vaste et prenant, Risen 2 propose un univers immense et bourré de surprises. Malgré ses quelques lacunes techniques, le jeu propose un dépaysement total.

 

Les plus :
  • Immersif
  • Long
  • Phases d'exploration
Les moins :
  • Problèmes d'affichage
  • Difficile

Qu'il est bon d'être dans la peau d'un pirate ! Du rhum, des armes, de l'aventure, et des trésors à  déterrer !Risen 2 : Dark Waters a beau succéder à  Risen premier du nom et être la suite spirituelle de Gothic, c'est immanquablement à  Pirates des Caraïbes que l'on ne peut s'empêcher de penser en débutant l'aventure. Malgré nos précédents exploits, notre héros sans nom n'a pas obtenu la reconnaissance espérée. Loin d'avoir enfin la paix, il reprend la mer afin de faire face à  un ancien Titan, Mara, qui sème la destruction à travers les océans grâce à  son terrible Kraken. Oui, ça fait vraiment penser à  Pirates des Caraïbes. Face au danger imminent, notre héros, désormais pourvu d'un cache-Âœil achevant de lui donner un air de vieux loup de mer, est cette fois chargé par l'Inquisition d'infiltrer une bande de pirates. Ils détiendraient une arme susceptible de vaincre le redoutable Mara. Si l'histoire semble au premier abord très banale, Risen 2 : Dark Waters a surtout le mérite de s'imposer sur d'autres aspects.


Risen 2-81380


Un flic chez les pirates


Fini l'île unique du premier épisode, il s'agit maintenant de visiter un archipel très nettement inspiré des Caraïbes. Au menu : jungles luxuriantes, plages de sable blanc, trésors à  déterrer, mer turquoise et autres décors tout droit sortis d'un guide touristique pour pirate retraité... si ce n'était le monde à  sauver ! Nous voilà  donc lâchés dans la nature et chargés de rejoindre l'équipage de Barbe d'Acier, grâce à  l'aide de Patty, sa tonitruante fille. C'est d'ailleurs là  une des nouveautés de ce second opus : on se retrouve régulièrement affublés d'un compagnon d'infortune, qui ne sera clairement pas de trop pour venir à  bout de nos adversaires. Il faut dire que la difficulté est élevée. Comme à  leur habitude, les développeurs de Piranha Bytes vous font commencer à  moitié à  poil, littéralement. Rapidement, il faut troquer votre tenue de membre de l'Inquisition contre un unique pantalon de pirate et une vieille épée censée nous rendre plus crédible. Sans même un tutoriel pour vous aider, il faut prouver à  tous que vous êtes un véritable pirate. Dépourvus de vêtements comme d'aptitudes au combat, il convient de se mettre rapidement en quête de Gloire, équivalent des points d'expérience, que l'on dépensera judicieusement pour choisir une aptitude à  augmenter. Or chaque aptitude propose plusieurs compétences. Augmenter la Ruse vous permet ainsi d'acquérir une « Langue de velours » ou d'effectuer des larcins, tel le crochetage ou le vol à  la tire. Pour autant, augmenter la Ruse ne débloquera pas les compétences associées, et il vous faudra trouver un protagoniste capable de vous apprendre les ficelles du métier contre des espèces sonnantes et trébuchantes. L'or ! Voilà  le maître mot, et finalement quoi de plus normal pour un pirate ?


Risen 2-78456


Il est l'or, monseignor...


Entre la magie vaudou, la maîtrise de l'épée ou de la lance, le choix entre pistolets ou mousquets, la forge d'armes, ou tout simplement notre capacité à  encaisser les coups... on a envie de dépenser à  loisir afin de s'essayer à  tout. Difficile de choisir entre la possibilité de lancer du sable dans les yeux de son adversaire en combat, vicieux mais efficace, et celle de dégainer une arme pour truffer de plomb notre interlocuteur pendant un dialogue, ne lui laissant ainsi aucune chance de riposter. L'or est donc une monnaie extrêmement précieuse, qu'il faudra utiliser avec parcimonie. D'autant plus qu'il sert également à  corrompre des PNJ, s'acheter de l'équipement ou des objets nécessaires à  la progression. Il peut même servir à  se faire plaisir avec des compétences complètement inattendues. Nous avons ainsi été agréablement surpris de découvrir qu'on pouvait apprendre à  apprivoiser des singes ou des perroquets ! Prendre le contrôle de son primate permet par exemple d'atteindre des caches et d'y découvrir des objets rares ajoutant des bonus permanents... Un investissement rentable. La multitude de compétences disponibles a en tout cas le mérite de permettre de résoudre bon nombre de quêtes de différentes façons. Dérober un objet à  un personnage, le rosser, le convaincre, ou, plus complexe, prendre le contrôle de son corps grâce à  des poupées vaudou, sont autant de moyens de parvenir à  nos fins. Un aspect du jeu vraiment plaisant, qui nous pousse à  repartir bille en tête, cherchant de nouvelles quêtes à  accomplir, de nouveaux tombeaux à  piller, afin d'accumuler toujours plus d'or et de découvrir quelles autres possibilités s'offrent à  nous. On explore ainsi chaque île de fond en comble pour en déterrer tous les secrets. Dès lors, rien de plus jouissif que de tomber sur un objet rare, une idole qu'on pourra échanger contre une bourse bien garnie, ou tout simplement une carte avec un trésor à  la clé. C'est dans ces moments-là  que l'on se sent vraiment l'âme d'un pirate.


Risen 2-81827


Sur la mer


Après quelques heures de jeu (Dark Waters a une très bonne durée de vie, qu'on aime fouiner ou non), Il vous faudra trouver un navire et recruter un équipage. De quoi se sentir un peu plus investis dans votre rôle de terreur des mers. Entrer en possession de votre bateau vous permettra ainsi de voguer d'île en île, sans que rien ne soit imposé quant à  l'ordre des destinations. Pas question de linéarité ici. Chaque île est la perspective d'une nouvelle aventure et d'un nouveau décor, qu'il s'agisse du Fort de Cristal de l'Inquisition, d'Antigua le repaire des pirates, ou plus original, de l'île des Gnomes. La jungle est en tout cas omniprésente et la végétation luxuriante finirait même par devenir étouffante, que le temps soit à  l'orage des tropiques ou au grand ciel bleu. Malheureusement, si le jeu est graphiquement plus beau que son prédécesseur, il affiche un sérieux problème de distance d'affichage. On a ainsi constamment l'impression que les plantes poussent en temps réel à  mesure qu'on avance. Un effet désagréable auquel on finit par s'habituer, faute de pouvoir y faire quoi que ce soit. Si l'on est visuellement très loin d'un The Witcher 2, Risen 2 compense un peu ce défaut par l'absence totale de temps de chargement une fois débarqué sur une île. Ce qui constitue un vrai plaisir pour l'immersion. Risen 2 : Dark Waters propose ainsi une aventure dans la plus pure tradition du RPG. Ici, pas de grands retournements de situation, même si on a le droit à  quelques surprises, mais une ambiance parfaitement maîtrisée. Entre humour pirate, marins ivres, créatures sorties des tréfonds de l'Océan et un arsenal digne du capitaine Jack Sparrow, difficile de ne pas s'y retrouver. D'autant plus que les jeux proposant d'incarner un pirate ne sont pas légion.On prend donc d'autant plus de plaisir à  combattre à  la pirate, en parant les coups, contre-attaquant et en s'aidant d'un tir de pistolet à  bout portant quand le besoin s'en fait sentir. La difficulté est cependant assez élevée et on devra parfois fuir un affrontement un peu trop ardu. Pas grave, on pourra toujours aller boire quelques coups à  la taverne pour oublier. Et ho ho ho, une bouteille de rhum !



28/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres