geekulture

The Elder Scrolls V : Skyrim - Dawnguard

 


En attendant sa sortie sur PC et PS3, Dawnguard sort sur Xbox 360 et pourrait bien faire le bonheurdes fans de Skyrim qui ne regardent pas trop à la dépense.

 

VERDICT :

Vendu à un prix plus raisonnable, on ne tarirait pas d’éloges sur Dawnguard, un DLC intéressant qui rajoute plusieurs heures de durée de vie à un jeu déjà renversant de ce côté-là. Oui mais voilà, 20 euros, c’est cher. Trop cher pour ce que cet add-on apporte concrètement à Skyrim.

Les plus :
  • 15 heures de jeu supplémentaire
  • Le Cairn des Âmes
  • Les combats à cheval
Les moins :
  • Le rapport intérêt / prix
  • Le vampirisme, c’est chiant
  • Du freeze occasionne
 NOTE : 12/20
Skyrim Dawnguard

On ne dira jamais assez que Skyrim est un jeu phénoménal, doté d’une écriture extraordinaire, d’une beauté merveilleuse et d’un pouvoir ensorcelant. Le genre de pouvoir capable de transformer des minutes en heures en immergeant le joueur au cœur d’un monde où l’on trouve toujours des milliers de choses à faire. Fouiller chaque zone, lire un manuscrit ancien, contempler le spectacle d’un prédateur fondant sur sa proie, combattre un dragon au milieu d’un lac gelé… Se noyer dans l’immensité de Bordeciel reste sans nul doute l’expérience la plus marquante de l’année 2011 pour quiconque s’est procuré le RPG de Bethesda. Aussi, la perspective d’y retourner quelques mois plus tard pour dans le cadre de la première extension de cet épisode ne peut que nous enthousiasmer. Mais pour cela, il faut débourser 1600 points Microsoft (près de 20 euros), prix qui nous semble prohibitif, nonobstant le riche contenu apporté par cet add-on nommé Dawnguard. Ce contenu, détaillons-le : on découvre des lieux et donjons inédits, mais aussi de nouvelles armes (l’arbalète), ennemis (chiens, gargouilles…) et cris (invoquer un dragon spécial…). Il y a aussi quelques nouvelles quêtes secondaires, à l’image de celle nous amenant à revisiter les ruines Dwemer à la recherche d’artefacts en compagnie d’une aventurière-fantôme. Sachez aussi que le jeu nous permet dorénavant de combattre à cheval, en lançant des flèches ou en décochant des carreaux d’arbalète.



AUBE OU CRÉPUSCULE ?

Mais la principale nouveauté de Dawnguard reste la longue quête mettant en scène les Seigneurs Vampires et la Garde de l’Aube. Pour les joueurs ayant déjà passé plusieurs heures dans le jeu, il suffitgénéralement de s’adresser à des gardes aux abords de l’une des grandes cités de Bordeciel pour déclencher ce périple. Suite à quelques dialogues avec des chasseurs de vampire et après la rencontre avec la belle Sérana, le jeu nous laisse le choix de rejoindre la Garde de Nuit ou d’embrasser la cause vampirique. En optant pour le second choix, on acquiert de nouveaux pouvoirs, comme celui de se transformer en créature de la nuit, de boire le sang de ses victimes ou encore de se transformer en une volée de chauve-souris. Si le principe est amusant au début - il donne accès à un nouvel arbre de compétences spéciales - il faut bien avouer que le vampirisme peut vite devenir une plaie. Il faut en effet souvent s’abreuver au cou des habitants de Bordeciel pour reprendre du poil de la bête, et renforcer dans la foulée les pouvoirs de notre héros. Mais surtout, la transformation en Seigneur Vampire demande pas mal de temps et nous force à rester immobile plusieurs secondes. Ce qui peut devenir exaspérant lorsque l’on souhaite changer de forme régulièrement. A l’état de vampire, il n’est en effet pas possible d’ouvrir une porte ou de looter des objets. On vous laisse imaginer le temps que l’on perd à vouloir vider un donjon en mode suceur d’hémoglobine… 



LE NOUVEAU MONDE

Pour terminer sur une note plus réjouissante, sachez aussi que Dawnguard permet de visiter une toute nouvelle contrée : le Cairn des Âmes. Gigantesque et désolée, cette étendue est un vrai choc visuel, semblable à celui vécu lors de l’escapade en Sovngarde lors de la quête principale. Pour les fans de The Elder Scrolls, la simple traversée de cette zone de jeu, conjuguée aux retrouvailles avec une arme bien connue des amateurs de la série, peut suffire à sortir la carte bancaire. Mais, on le répète, un DLC à 20 euros, aussi intéressant soit-il, reste assez difficile à avaler.



30/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres