geekulture

Uncharted 3

Test de Uncharted 3 : L'illusion de Drake

 

 

Ca y est, la PlayStation 3 accueille enfin SA grosse exclusivité de fin d’année avec Uncharted 3 : L’Illusion de Drake. Après un second épisode repoussant les limites du jeu d’action, Naughty Dog nous invite à une aventure extraordinaire dont le studio a le secret.

Posons les choses simplement : Naughty Dog pouvait-il réellement faire mieux que Uncharted Among Thieves? Du point de vue de sa technique, de sa réalisation, ce dernier atteint un tel niveau qu’il semble impensable, voire impossible, de faire mieux (en tout cas sur PlayStation 3). Clairement, tous ceux qui attendent qu’Uncharted 3soit à Uncarted 2ce que Uncharted 2était à Unchartedseront déçus. Mais jamais déception n’aura été aussi belle. Parce que si ce troisième volet ne fait pas nécessairement mieux que son prédécesseur (on y revient), il y a tout lieu de se réjouir de retrouver un titre proposant la même excellence que celui-ci.

Uncharted-3-60644

Nathan Drake et la Dernière Croisade

Depuis le tout premier épisode, la série n’a jamais caché son affiliation avec une autre série, Indiana Jones. Plus que jamais, Uncharted 3 rappelle la saga de Spielberg et Lucas, et plus particulièrement au troisième volet, Indiana Jones et la Dernière Croisade. Comme le célèbre archéologue, Nathan Drake partage cette même quête de vérité, cette insatiable soif d’aller jusqu’au bout au péril de sa vie. A la recherche de l’Atlantide des Sables, l’aventurier part ainsi sur les traces de son ancêtre Francis Drake et de T.E. Lawrence, dit Lawrence d’Arabie. Une citation de ce dernier illustre d’ailleurs l’entreprise de Nate : « Ceux qui rêvent de jour sont dangereux, car ils sont susceptibles, les yeux ouverts, de mettre en œuvre leur rêve afin de pouvoir les réaliser. C'est ce que je fis. » S’il est un danger pour lui-même, il s’avère aussi en être un pour ceux qui l’accompagnent, et notamment Victor Sullivan, son mentor, qui commence à être « trop vieux pour ces conneries ». La relation père-fils que les deux personnages entretiennent apparait au centre de l’histoire. Le titre aborde judicieusement leur rencontre (via un flashback plus habilement usité que dans Uncharted 2) et ressert d’autant plus leurs liens avant de poser sur la tête de Sully une épée de Damoclès. Les rebondissements se trouvent ainsi décuplés et une belle tension s’installe car, malgré les mises en garde de ses amis (« Sully n’est plus tout jeune », « Il ne peut plus te suivre comme avant »…), l’obstination de Nathan laisse constamment envisager le pire (on n’en dira évidemment pas davantage).

Uncharted-3-60620

Roi de l’action

De manière générale, Naughty Dog maîtrise davantage sa narration (l’aspect fantastique mieux géré). On sent les scénaristes plus proches de leurs personnages. Ils leur accordent aussi plus d’attention et n’hésitent pas à proposer des scènes de respiration pour les laisser vivre, ces dernières servant aussi à faire avancer l’intrigue (la séquence dans le désert, grand moment). Le méchant de l’histoire se montre également plus réussi même s’il reste avant tout une figure du Mal, dans la grande tradition des actioners hollywoodiens des années 80. Comme dans de nombreux jeux maintenant (mais avec une efficacité redoublée ici), le récit se raconte aussi dans le feu de l’action. Et quelle action ! Alternant les séquences de plateforme et de gunfights (mais aussi quelques énigmes sympathiques), Uncharted 3 nous entraîne sur un tempo mené tambour battant avec un dosage toujours aussi proche de la perfection. Le titre enchaîne ainsi les morceaux de bravoure avec cette sensation que l’action se réalise en direct (nul recours à une cinématique). L’occasion de souligner un découpage ahurissant quelle que soit la situation. Saluons aussi l’incroyable lisibilité de l’action, cette manière dont la caméra se place au meilleur endroit possible afin d’offrir une visibilité optimale. Tout contribue à faire du joueur l’acteur mais aussi le spectateur d’un jeu qui, n’ayons pas peur des mots, rivalise avec le cinéma d’action américain (on pourrait écrire des pages sur la dimension cinématographique du titre). De fait, il faut voir la caméra « filmer » en plan très large le personnage avant de replonger vers lui sans jamais couper les commandes au joueur. Naughty Dog excelle à planter son héros dans un décor, à rendre compte de la majesté de l’un et de la petitesse de l’autre.

Uncharted-3-60650

Un enchantement permanent

Si les environnements de la série ont toujours joué un rôle primordial, c’est peut-être encore plus vrai dans Uncharted 3. Au-delà du caractère exotique du jeu, la manière dont chaque décor trouve sa place dans la narration ou dans l’action, avec une remarquable cohérence, impose le respect. On pense par exemple aux rues d’un souk vues comme un vrai labyrinthe, à cette course poursuite sur les toits de Carthagène, ces escalades sur un château en Syrie et bien sûr à la traversée du désert arabique. Sublimés par des effets de lumière époustouflants, les environnements du jeu laissent encore une fois béat d’admiration face au sens du détail dont font preuve les orfèvres de chez Naughty Dog. Rien ne vient peut-être égaler la découverte du village tibétain d’Uncharted 2 (l’un des plus beaux passages) mais les moments d’extase demeurent nombreux, lorsque la caméra s’élève dans les airs pour dévoiler les lieux (superbe travail sur la profondeur de champ). En outre, la mise en scène, à laquelle s’ajoute un level design admirable, accentue le vertige de certaines scènes (le chapitre dans le paquebot tout simplement grandiose dans sa façon de jouer sur l’horizontalité et la verticalité). L’architecture des niveaux apporte en plus de la profondeur au gameplay. Les gunfights intenses offrent en majorité une grande liberté d’action et il demeure toujours possible de privilégier une approche basée sur l’infiltration (même sur ce terrain, le titre réalise un sans-faute).

Uncharted-3-60653

Une magistrale et digne suite

Il faut vraiment considérer Uncharted 3 comme la seconde partie d’un diptyque. Le titre n’a rien de ce type de suite dont on attend forcément plus à tous les niveaux. Ca n’a pas empêché les développeurs d’améliorer certaines choses (l’animation, et notamment celle faciale, des personnages, les effets de lumière, le système de combat au corps à corps) mais, globalement, tout ce que l’on retrouve dans le jeu se trouvait déjà dans Uncharted 2. D’ailleurs, il ne serait pas idiot, et encore moins honteux, de préférer le second épisode au troisième (mettons de côté Drake’s Fortune, un très bon titre mais qui ne boxe pas tout à fait dans la même catégorie). De la même façon que l’on peut préférer tel ou tel épisode de telle ou telle saga cinématographique tout en saluant la qualité de chacune des aventures. L’important dans Uncharted 3, ce n’est pas de savoir si le titre repoussera encore les limites de la console, l’important, c’est la promesse d’un nouveau voyage exotique dont on sait qu’il va nous transporter comme aucun autre titre. Et là-dessus, ce nouvel épisode ne déçoit pas. La série n’a de toute évidence jamais eu pour vocation de proposer des titres originaux, de révolutionner le jeu d’action ou même de le réinventer. Ce serait donner à Naughty Dog des intentions qu’ils n’ont pas. La volonté du studio, telle qu’elle transparaît dans le jeu, consiste à sublimer un genre, à se l’accaparer pour le mener vers un modèle absolu. Ce que réussit à merveille Uncharted 3.

 

verdict: un nouveau chapitre merveilleux au coté de Nathan Drake

18/20



23/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres