geekulture

Dragon's Dogma

 


La guerre des RPG fait rage. Capcom, qui n’a pas l’intention de laisser sa part du gâteau aux studios occidentaux, joue la carte de l’heroic fantasy en monde ouvert avec Dragon's Dogma. Pour un résultat plutôt concluant.

VERDICT :

 

Dragon's Dogma est une valeur sûre pour les amateurs de RPG aussi bien japonais qu’occidentaux. Avec un système de Pion réussi, une aventure longue et ardue, ainsi que des combats dynamiques, le titre de Capcom a clairement de quoi plaire. Et ce malgré une réalisation qui est loin d’être au top.

 

Les plus :
  • Une aventure riche
    Les Pions
    Du challenge
Les moins :
  • Techniquement médiéval 
    Un seul slot de sauvegarde 
    Des affrontements parfois trop fréquents
 NOTE : 16/20

Il était une fois un paisible village au bord de la mer, où l'avatar du joueur faisait tranquillement sa vie. Malheureusement pour lui, et heureusement pour les acheteurs de Dragon's Dogma, cette tranquillité n'est que de courte durée. En effet, le sympathique village de pêcheurs est soudainement et littéralement mis à  feu à  et sang par le dragon légendaire. N'écoutant que sa bravoure, le héros essaye tant bien que mal de repousser cet invité dérangeant. Mais, comme le guerrier est totalement surclassé par l'ennemi à  l'haleine chaleureuse, le combat ne fait pas long feu (désolé). Le dragon décide alors de dérober le cÂœur de sa victime ce qui, contre toute attente, ne la tue pas. Le monstre invite même son malheureux adversaire à  venir récupérer son organe. C'est beau l'heroic fantasy... Une fois remis sur pied, le héros, appelé l'Insurgé par ses congénères, va donc partir en quête pour se venger, récupérer son dû, et en apprendre d'avantage sur le monde qui l'entoure. L'histoire de Dragon's Dogma ne récoltera certainement pas de prix pour sa profondeur ou son utilisation des clichés du genre. Malgré tout, on se laisse aisément porter par cette intrigue et l'univers qui l'entoure.



Dogma-85255



Virtual Coop



Les développeurs ont fait le choix de ne pas proposer de jeu en coopération dans Dragon's Dogma. Cela ne veut pourtant pas dire que l'utilisateur se retrouve livré à  lui-même. Bien au contraire. Faute de camarades avec qui se serrer les coudes, le joueur peut se rabattre sur les Pions. Personnages pas totalement humains venus d'une dimension parallèle à  celle de l'Insurgé, les Pions sont complètement voués à  sa cause et l'accompagnent dans toutes ses missions. S'ils ne sont pas vraiment libres, ils ne sont pas non plus égaux puisque deux catégories de Pions existent dans le titre. La première correspond au Pion principal, qui est créé de toutes pièces, caractère y compris, par le joueur (à  la manière dont ce dernier est amené à  créer le protagoniste au tout début de l'aventure). Ce Pion a pour avantage d'augmenter de niveau comme son maître. La seconde catégorie est, quant à  elle, composée de Pions au niveau figé, recrutés de manière temporaire au fil de l'aventure. Histoire de garantir une efficacité optimale de l'équipe, il est donc nécessaire de remplacer régulièrement ses deux pions secondaires, sous peine de se retrouver avec deux laquais qui ne peuvent faire face aux nombreuses menaces qui guettent l'équipe. Bien entendu, l'intelligence artificielle ne parvient pas à  remplacer l'entraide avec d'autres joueurs humains. Mais il faut bien avouer que les Pions sont d'une aide précieuse et savent se rendre utiles, aussi bien lors de combat que dans les quêtes. Cette efficacité peut en partie être expliquée par le savant système de partage mis en place par Capcom.



Dogma-85239



Voyage voyages



Car s'il ne permet pas le jeu en ligne, cela ne veut pour autant pas dire que le titre du studio japonais est totalement dénué de connectivité. Le Pion principal du joueur, c'est à  dire celui que ce dernier a créé de toute pièce, peut en effet être envoyé chez d'autres possesseurs de Dragon's Dogma. à chaque passage à  l'auberge, le statut du Pion est enregistré et envoyé sur les serveurs afin de faire apparaître le personnage dans les parties de tierces personnes qui ont alors le loisir de le recruter. à la halte suivante, le jeu indique alors si ce fidèle compagnon est allé voir du pays et s'il a ramené quelque chose avec lui (une potion, un parchemin, etc...). Jusque-là , rien d'incroyable. L'intérêt du partage de larbins ne se limite cependant pas à  un simple gain d'objets. à divers/nombreux moments de l'aventure, il est possible d'entendre un de ses Pions dire qu'il (ou elle) a appris à  se repérer dans une zone, ou la marche à  suivre dans une quête. Cela a un impact pour le joueur qui va par la suite récupérer son coéquipier virtuel ou en emprunter un (et inversement). Si ce Pion est amené à  prendre part à  une mission à  laquelle il a déjà  participé chez un autre Insurgé, il pourra ainsi donner de précieux conseils sur la stratégie à  adopter pour vaincre un monstre, ou sur le chemin à  prendre pour se rendre à  un point donné, par exemple. Vraiment réussi, cet aspect de Dragon's Dogma joue véritablement en la faveur de l'intérêt global de ce dernier. Avec ce système, Capcom fait tout simplement gagner de l'envergure à  son titre.



Dragon Dogma-87534



Tempête de boulettes



La réalisation de Dragon's Dogma est, quant à  elle, nettement moins réjouissante. Malgré une profondeur de champ appréciable (voir apparaître les villes au loin fait son petit effet), Dragon's Dogma souffre du problème de retard d'affichage de certains éléments du décor indissociable des jeux en monde ouvert. Et ce n'est pas le seul problème technique visible ici. La caméra a beaucoup de mal à  se placer dans les lieux clos et se bloque face à  certains obstacles dans les zones plus ouvertes. Voir l'écran totalement recouvert de branches d'arbres alors qu'un combat fait rage contre des monstres beaucoup plus forts que son équipe, cela a de quoi légèrement titiller. Ajoutez à  cela de nombreux ralentissements et un déchirement de l'écran fréquent pour obtenir un résultat pas vraiment brillant. à noter tout de même que le titre dispose d'un bestiaire très varié parmi lequel se trouvent des ennemis réellement impressionnants (cyclopes, dragons, etc...) pour une production de ce type. Du côté de l'ambiance sonore, le jeu souffle le chaud et le froid. Les musiques sont agréables et cohérentes avec les différentes situations, mais se font malheureusement trop rares. Le doublage, en anglais uniquement, est assuré par des acteurs loin d'être bouleversants, associés à  des comédiens dont les faux accents tombent souvent dans la caricature. C'est peut-être ça aussi, la japanese touch...



Dogma-85257



Et tu tapes, tapes, tapes...



Capcom ne s'est pas servi de Dragon's Dogma comme vitrine technologique, et il a bien fait. Pour son avatar, le joueur doit initialement faire son choix entre trois classes qui disposent logiquement de compétences qui leur sont propres : guerrier, rôdeur, ou mage. Plus loin dans l'aventure, des hybrides de ces classes peuvent être débloqués, au même titre que de nouveaux coups et capacités. Cela permet, par exemple, au guerrier de réaliser des enchaînements au corps à  corps qui donnent à  Dragon's Dogma un petit côté beat ‘em all pas déplaisant. Histoire de chercher la petite bête, il est possible de reprocher au titre sa surabondance d'ennemis. Les déplacements pour se rendre sur les lieux d'une mission sont souvent conséquents et il n'est pas possible de faire trois pas hors des sentiers battus sans se faire attaquer. Cela a pour effet de rendre les trajets encore plus longs. à propos de longueur, le jeu de Capcom offre une aventure longue et difficile qui demande plusieurs dizaines d'heures pour être menée à  terme (sans compter toutes les quêtes annexes). Si cette durée de vie est un gros plus, on regrettera la présence d'un seul et unique slot de sauvegarde. Difficile en effet de faire plus rageant qu'une sauvegarde effectuée à  un point qui s'est révélé être mal choisi quelques instants plus tard.



24/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres