geekulture

Ridge Racer : Unbounded

 

 

 

  • En résumé

 

Réinventer une série comme Ridge Racer était une idée risquée. Et malheureusement, Bugbear Entertainment a globalement raté son coup. La perte d’identité n’aurait pas été trop grave si les nouveautés avaient été servies par une réalisation de qualité. En l’état, ce n’est pas vraiment le cas. Ridge Racer Unbounded propose bien des choses intéressantes, mais ses graphismes moyens et son plaisir de conduire inexistant font que l’on n’a pas envie de s’y attarder. Pour la série de Namco, une révision complète s’impose.

 
  • Les plus
  • Décors destructibles
  • Quelques épreuves amusantes
  • Editeur de circuit efficace
  • Les moins
  • Pas éblouissant techniquement
  • Design un peu fade
  • Pas de multi en local
 
 

Test de Ridge Racer : Unbounded

 

Moins de deux mois après la sortie d’un épisode raté destiné à la PS Vita, le jeu de course de Namco est déjà de retour. Avec Ridge Racer Unbounded, l’éditeur remet les compteurs à zéro et propose une expérience qui n’a de Ridge Racer que le nom. Pour le meilleur ? Pas sûr...

 

 


Jusqu’à aujourd’hui, Ridge Racer était une de ces licences qui n’ont plus besoin d’être présentées. Disponible sur presque toutes les consoles depuis la première PlayStation, la série de Namco avait jusqu’alors proposé des courses de type arcade portées sur le drift. Et s’il est toujours question d’un style arcade dans Ridge Racer Unbounded, tout le reste a changé. À commencer par l’équipe de développement. Fini le travail en interne, Namco Bandai Games a confié la création de ce nouvel épisode au studio Bugbear Entertainment, plus connu pour la série des Flatout. Niveau modes de jeux, Ridge Racer Unbounded fait là aussi dans l’inédit.  Dans « Dominer Shatter Bay, » le joueur doit prendre le contrôle de neuf quartiers, tous composés de sept épreuves de types différents (contre la montre, destruction de concurrents, course traditionnelle, etc...). Si la variété dans les compétitions est appréciable, un peu plus de dépaysement n’aurait pas été de refus. Les environnements donnent rapidement l’impression de se répéter, ce qui contribue à un petit sentiment de lassitude. 

Ridge-Racer-Unbounded-87035

Droit dans le mur 

Et ce ne sont pas les sensations de conduite qui améliorent le constat. Les véhicules disponibles dans Ridge Racer Unbounded, bien que différents en termes de réactions et de maniabilité, ne sont pas plaisants à piloter. La sensation de vitesse n’est quant à elle pas particulièrement saisissante. Cela étant dit, les développeurs ont tout de même eu la bonne idée de proposer des décors destructibles, à la manière d’unSplit/Second Velocity. Mais là encore, difficile d’être complètement enjoué. Défoncer un bâtiment ou des éclairages publics, c’est toujours amusant. Mais ici, ce n’est tout simplement pas assez spectaculaire. En bref, on s’ennuie (pour rester poli). Du côté de la réalisation, rien de très folichon non plus. Le titre de Bugbear est à la base plutôt quelconque et souffre par moments de soucis de visibilité, (en partie causés par des décors qui s’affichent un peu tard). On notera malgré tout quelques jolis effets de lumière, liés pour certains à l’activation du boost. Mais cela fait bien peu...  

Ridge-Racer-Unbounded-87023

Votre monde, vos règles

Une fois le tour de Shatter Bay réalisé, plusieurs choix s’offrent au joueur. Le premier est de se mesurer à d’autres joueurs (en ligne uniquement), ou d’essayer des circuits créés par ces derniers. En effet, le titre propose un éditeur de circuit très complet et accessible, ce qui est loin d’être toujours le cas. À partir d’éléments débloqués dans le mode solo principal, le joueur a la possibilité de bâtir une « ville » sur laquelle pourront être organisés jusqu’à cinq « évènements » (c’est à dire des épreuves). Une fois satisfait du résultat, libre à vous de publier votre création en ligne. En théorie, ce combo création/partage confère à Ridge Racer Unbounded une durée de vie colossale. Dans les faits, il n’est pas certain que cela suffise à scotcher les pilotes virtuels devant leurs écrans. Qu’il semble loin le temps où Kaz Hirai criait au monde entier sa joie de pouvoir jouer à Ridge Racer...

 

note: 12/20



12/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres