geekulture

Call of Duty : Modern Warfare 2

La licence phare d’Activision nous fait, comme tous les ans, l'honneur de sa présence automnale. Mais cette fois-ci, rangez vos soldats de la seconde guerre, car c’est à la suite du FPS le plus acclamé de 2007 que nous avons affaire : Modern Warfare 2.

 

 

Call-Of-Duty-Modern-Warfare-2-48950L’attente est gigantesque. La preuve ? Presque un million de copies mises en vente, rien que pour la France. Dire que Modern Warfare 2 est attendu, la bave aux lèvres, par les joueurs, est une évidence. Une promotion au taquet, un trailer de lancement explosif, sans compter la polémique sur la fameuse « mission de l’aéroport ». A ce propos, le jeu nous met en garde dès le lancement de la campagne solo : ce jeu contient des situations qui peuvent choquer. Si vous le souhaitez, vous pouvez passer ces missions. Effectivement, on nous donne le choix. Mais le fait est que la violence et la gratuité de ce court massacre de civils peut être dérangeant. D’autant plus qu’il ne présente que peu d’intérêt, ludiquement parlant. On se contente de suivre une bande de terroriste, en avançant au pas. On ne tire par sur les civils : on s’ennuie ferme. On leur tire dessus : on s’ennuie tout autant devant l’absence de challenge et on ne peut que tiquer devant le côté malsain de la situation. Bref, ne nous étendons pas plus là-dessus, mais le fait est que cette mission aurait pu (dû ?) être abordée autrement.

L’american dream en danger, comme d’hab’

Encore plus que dans le premier épisode, la campagne solo de Modern Warfare 2 fait la part belle aux situations chocs. Tout y est plus énorme, plus explosif, plus violent… Attardons nous d’abord (et très rapidement) sur le scénario. Et là, franchement, on ne peut pas dire qu’Infinity Ward tape dans l’original : des terroristes russes, des ogives nucléaires = les Etats-Unis en danger. A l’image de son prédécesseur, le titre baigne dans un discours patriotique bourré de clichés (la guerre froide a pris fin il y a plus de vingt ans, rappelons le). Pas trop de jaloux ceci dit puisqu’on trucidera aussi bien des rebelles Afghans que des soldats russes et même quelques gangs des favelas brésiliennes. Ceux qui n’ont jamais apprécié l’aspect « pro militariste » de la série préféreront toujours jouer à Tetris. Grand bien leur fasse.

Call-Of-Duty-Modern-Warfare-2-48943Six petites heures et puis s’en va

Autant le dire tout de suite : la campagne solo de Modern Warfare 2 déçoit quelque peu. A la fraîcheur et la mise en scène ultra léchée du premier, s’est substitué un trop grand nombre de situations recyclées. On n’échappe pas à la séance d’arrosage de plomb depuis un hélicoptère ou encore à la mission d’infiltration en binôme. Globalement, on n’est que trop rarement surpris, malgré le dynamisme de l’action. Que ce soit bien clair cependant : on ne s’ennuie pas un seul instant et les six petites heures de jeu offrent tout de même quelques moments dantesques. On pense notamment à l’infiltration dans une base enneigée en début de partie, ou encore aux gunfights urbains des favelas. Dans ces moments là, l’adrénaline est à son comble on se dit que, quand ils se donnent la peine, les développeurs d’Infinity Ward maîtrise l’art du FPS réussi. Le souci, c’est ce petit côté fainéant et recyclé qui revient un peu trop souvent. Marque négative de la série, la sensation de liberté et l’impression d’être plus spectateur qu’acteur est toujours aussi tenace. Certes, on nous répondra que c’est nécessaire pour sublimer la mise en scène mais d’autres titres du genre, comme Bad Company, ont récemment prouvé que l’on pouvait admirablement combiner situations explosives et liberté d’action.

Spec Ops en force

Carrées, efficaces, mais sans réelle surprise, ces six heures passent donc bien trop vite et surtout, se concluent par une fin aussi abrupte que frustrante. Au moins, l’arrivée d’un Modern Warfare 3 dans deux ans ne fait presque aucun doute. Une fois les trois actes bouclés, que reste-t-il à nous mettre sous la dent ? Et c’est là qu’on touche à la nouveauté la plus intéressante de cet épisode : les opérations spéciales. On a ici affaire à un ensemble de mission aux objectifs variés : défense depuis un toit, traversé d’un pont, élimination d’un gang dans les favelas… Le challenge est intéressant et, surtout, relevé. En solo, préparez-vous à sérieusement en baver. La mort explose à chaque pas et l’art de la couverture devient primordial. D’où l’intérêt deCall-Of-Duty-Modern-Warfare-2-48941se trouver un partenaire de jeu. En ligne ou en écran splitté, la coopération apporte un vrai plus et permet de booster sensiblement la durée de vie

Du multi comme avant

Lorsque Modern Warfare est sorti en 2007, personne ne s’attendait à un mode multijoueurs aussi complet, efficace et addictif. Infinity Ward avait trouvé la recette magique pour rendre accro les amateurs de frag. Peu étonnant alors que l’on retrouve quasiment le même dosage dans ce nouvel épisode. Le système d’expérience permet toujours de débloquer des améliorations, comme des armes supplémentaires, divers bonus et classes de combattant. Une grosse quinzaine de cartes sont proposées, affichant comme prévu un level-design impeccable et une bonne variété d’environnement. Désert, forêt, favela, rue en ruine, montagne… Il y en a pour tous les goûts. Il ne fait donc aucun doute que Modern Warfare 2 soit appelé à cartonner en ligne. Difficile au final, d’émettre de gros reproches envers cette suite. Mais difficile également de la trouver brillante et audacieuse. Peut-être qu’on en attendait trop, peut-être a-t-on également oublié que la série ne donne « que » dans le FPS à grand spectacle. Toujours est-il que nous sommes face à un pur produit de divertissement, carré et maîtrisé. Mais, à l’image d’un blockbuster hollywoodien, il lui manque un supplément d’âme pour devenir culte.

 

  • En résumé

Modern Warfare 2 est à l’image de son prédécesseur : impressionnant, dynamique et doté d’un mode multijoueur exceptionnel. Mais, oserait-on dire, il n’est que cela. Malgré l’ajout du mode opérations spéciales, on en attendait sans doute plus de la part d’Infinity Ward, notamment concernant une campagne solo efficace mais sans réelle surprise. Au final, nous sommes face à un très bon FPS, qu’on aurait aimé inoubliable.

 
  • Les plus
  • Le mode opérations spéciales
  • Multijoueur encore affiné
  • Quelques passages anthologiques en solo
  • Les moins
  • Solo très court…
  • …Et manquant de piment
  • Scénario obscur et sans grand intérêt
note : 18/20


04/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres