geekulture

Dark Souls

Considéré comme l’un des meilleurs RPG sur PlayStation 3, Demon’s Souls fut l’une des (belles) surprises de l’année 2010. Le titre se caractérisa surtout par son challenge redoutable, qui lui valut l’admiration de certains gamers. Un an plus tard, Dark Souls en en reprend rigoureusement la formule. Pour un succès équivalent ?

 

 


Pour ceux qui se sont essayés à Demon’s Souls, vous pouvez vous épargner la lecture de ce premier paragraphe car vous avez déjà une bonne idée de l’enfer que vous réserve le titre. Pour les autres, ces premières lignes font office de mise en garde, d’avertissement. Ignorant tout de Demon’s Souls, la découverte de Dark Soulspeut surprendre, mais pas forcément dans le bon sens du terme. Revêche, le titre ne caresse pas le joueur dans le sens du poil. Au contraire même, il semble prendre plaisir à le décourager, à lui faire comprendre que ce jeu n’est pas fait pour lui. C’est comme s’il comptait sur un sursaut d’orgueil du joueur pour que ce dernier n’abandonne pas au bout d’une heure de jeu avant de le laisser définitivement de côté. On pourrait vous conseiller d’essayer le titre en magasin avant de vous le procurer mais ce serait injuste, car ce n’est clairement pas en quart d’heure que l’on peut juger de la qualité de Dark Souls (c’est d’ailleurs pour cette raison que le studio de développement n’a pas proposé de démo de son jeu). Alors, vous êtes prévenus, s’essayer à Dark Souls, c’est accepter de souffrir… mais aussi prendre plaisir à souffrir.

Dark-Souls-57413

La mort dans la peau

A l’instar de Demon’s Souls, est-il juste de réduire Dark Souls a sa cruelle difficulté ? Oui, dans le sens où toute la proposition du jeu repose sur cette dernière. Bien sûr, le titre brille pour son aspect à la fois old-school et moderne, avec toujours un mode en ligne transparent qui offre une remarquable vision de l’entraide (les messages laissés par les joueurs demeurent une belle idée), mais si l’ensemble fonctionne aussi bien, c’est parce que le gameplay reste sous-tendu par une incroyable difficulté.Dark Souls feint au début de se montrer plus docile mais c’est pour mieux nous poignarder dans le dos, au moment où l’on s’y attend le moins. Très vite, on a alors recours à du levelling forcé. On se retrouve à refaire encore et encore le même chemin, à multiplier les allers-retours entre un feu de camp salvateur (et indispensable pour augmenter son niveau d’expérience) et un point de non-retour que l’on hésite longtemps à traverser, sachant que la mort nous attend au tournant.

Dark-Souls-57412

Pour masochistes avertis

Comme son prédécesseur, cette fausse suite demande une grande patience et oblige à progresser à tâtons. La précipitation ne mène jamais qu’à une triste fin dans Dark Souls. Il faut en comprendre la mécanique, se plier à ses règles si l’on veut espérer survivre. Alors seulement on commence à dompter le titre même si ce dernier prendra régulièrement un malin plaisir à nous détruire en un claquement de doigts, conférant au jeu un aspect "die & retry". De toute évidence, Dark Souls ne s’adresse pas à tout le monde. Pourtant, sur la question de la difficulté, laquelle n’est évidemment pas due au fait que le titre soit mal foutu, le jeu de From Software s’avère difficilement attaquable. Même s’il se mettra invariablement à dos de nombreux joueurs, on ne peut pas lui reprocher d’être trop ardu puisque c’est de cette réalité qu’il tire toute sa proposition. Dark Souls en est bien conscient. Peut-être trop.

Dark-Souls-57417

Un sentiment de déjà-vu

Suite au succès surprise de Demon’s Souls, les développeurs ont bien compris ce que les joueurs avaient retenu. Que Dark Souls n’ait pas voulu s’élargir à un plus large public n’est en soi pas un défaut (même si l’apparition des fioles de soin aide beaucoup), en revanche, on lui reprochera son manque évident d’innovation. En reproduisant avec précision la même expérience que dans Demon’s Souls, les développeurs en ont oublié d’apporter de réelles nouveautés au jeu (comme s’il ne voulait surtout pas apporter des modifications à un système qui plaisait en l’état). La plus importante se résume justement à ses fioles d’Estus, que l’on peut remplir à chaque passage à un feu de camp, et qui permettent au joueur de se remettre de la vie. Certes, cela change pas mal de choses dans la progression du joueur, car ces fioles apportent un peu de stratégie et retardent aussi pas mal de morts. Mais ça reste tout de même minime comme nouveauté. On note également quelques légères améliorations mais, globalement, l’impression de refaire le même jeu domine (il suffit de relire le test de Demon’s Souls pour se rendre compte que rien n’a vraiment changé).

Dark-Souls-57415

Le repos du guerrier

On ne s’en plaindra pas forcément puisque le titre conserve une identité bien à lui : une ambiance mortifère remarquablement rendue, des niveaux ouverts au level-design très réussi et une liberté d’action qui permet d’appréhender de différentes façons les combats. A l’inverse, si le titre propose une très belle direction artistique (les décors, les créatures au design soigné, la lumière), quelques aspects techniques auraient mérité d’être améliorés, et plus particulièrement l’animation de son avatar. Par ailleurs, le titre ne se montre pas toujours très fluide et on recense aussi quelques chutes de frame-rate parfois sévères. Enfin, on n’aurait pas craché contre des temps de chargement réduits après chaque réapparition du personnage, d’autant que, vous l’aurez compris, les Game Over ne sont pas rares. Quoiqu’il en soit, Dark Souls apparaît comme un très bon titre, toujours aussi singulier au regard de la production actuelle, mais auquel il manque un poil d’originalité pour qu’il nous surprenne autant que Demon’s Souls avait su le faire.

 

 

  • En résumé

 

Plus long, plus beau, plus dur, Dark Souls s’avère objectivement meilleur que Demon’s Souls mais il se révèle aussi dénué de toute surprise. Trop semblable à son prédécesseur, le titre de From Software joue toujours aussi brillamment avec la difficulté mais a aussi perdu un peu de son pouvoir de fascination.

 
  • Les plus
  • L’ambiance de mort
  • Le sentiment de solidarité en ligne
  • Le challenge proposé…
  • Les moins
  • … qui risque d’en laisser plus d’un sur le côté
  • Trop peu de nouveautés par rapport à Demon’s Souls
  • Animation grossière
note : 19/20


03/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres