geekulture

Escape Plan

Test de Escape Plan

 

 

  • En résumé

 

Charmant, Escape Plan laisse un petit sentiment d’amertume tant on sent que le potentiel du titre aurait pu être davantage exploité, au pire rallongé. Trop court, le titre de Fun Bits propose tout de même une expérience largement recommandable qui utilise avec intelligence les spécificités de la PS Vita. A 15€, il n’est donc pas idiot de craquer pour la petite évasion de Lil et Laarg.

  • Les plus
  • L’univers très théâtral
  • Enigmes malignes
  • L'utilisation des fonctionnalités de la Vita
  • Les moins
  • Trop court
  • Pas assez difficile

 

 

 

Aux côtés de Gravity Rush et Uncharted : Golden Abyss, Escape Plan représente sans doute l’un des titres les plus attendus sur PlayStation Vita. Il n’aura d’ailleurs fallu que quelques images pour que le jeu de Fun Bits nous charme par son style graphique en noir et blanc. Mais à l’heure du verdict, ça donne quoi ?

Lorsque le rideau se lève sur Escape Plan, on découvre un petit personnage tout de noir vêtu avec un masque blanc sur le visage. Allongé sur un matelas posé à même le sol, Lil est endormi dans ce qui ressemble à une prison rudimentaire (le scénario ne s’attardera pas sur les raisons de cet emprisonnement). Si le joueur ne tente rien, le temps s’écoulera indéfiniment au rythme de la respiration de l’étrange prisonnier. L’écran, totalement vierge, n’apporte aucune indication sur la marche à suivre. Par réflexe, il tente de commander Lil en appuyant sur les touches de la croix directionnelle. Rien ne se passe. Il teste alors chaque bouton mais, là non plus, rien n’y fait. Un peu honteux, il se souvient que la PS Vita jouit d’une reconnaissance tactile (ndlr : on sait que tu parles de toi Christophe!). Pour débuter l’aventure qui s’ouvre à lui, il doit littéralement titiller Lil pour l’extraire de son sommeil. Et toute l’aventure fonctionnera ainsi, sur le tâtonnement du joueur…

escape-plan-77308

La mort lui va si bien

Parvenant tant bien que mal à s’extirper de son lit de fortune, le petit personnage jouit d’une animation détaillée, mettant en exergue une direction artistique soignée (la musique, composée de grands classiques, ne cesse de surprendre et de renforcer l’ambiance assez unique du titre). A peine Lil a-t-il effectué quelques pas (il suffit de tracer une direction avec le doigt pour le commander) qu’il bute contre un objet posé par terre et vient s’écraser le visage contre le sol, éclaboussant copieusement la surface de son sang, couleur encre de Chine. Ce n’est qu’un début, la mort, toujours sanglante, accompagne le joueur tout au long de cette évasion et s’accompagne de rires de spectateurs, renforçant cette impression d’être face à un spectacle macabre et cruel de théâtre masqué. Un compteur s’affiche d’ailleurs directement sur le ventre des deux protagonistes d’Escape Plan. Lil est en effet rapidement rejoint par Laarg, nettement plus enveloppé et capable de briser des planches de bois en sautant sur place ou bien en effectuant une roulade. Lil peut  gonfler comme une baudruche en aspirant du gaz (on le dirige alors dans les airs grâce aux fonctions gyroscopiques de la machine) ou bien se saouler et bénéficier d’une accélération momentanée, dès que le joueur le touche en pinçant les deux surfaces tactiles. Au joueur alors d’utiliser chacune de ses aptitudes pour se sortir des nombreux pièges qui ponctuent la progression des deux personnages.

escape-plan-77294

Rester sur sa faim

Bien que prenant la forme d’un « Die & Retry », Escape Plan ne pose finalement pas tant de problèmes que cela. Outre sa durée de vie vraiment faible (3h30 de jeu pour en voir le bout en ce qui me concerne), le titre laisse un goût d’inachevé. Il manque aussi de difficulté, celle-ci n’étant jamais meilleure que lorsqu’elle repose sur la réflexion du joueur (« que dois-je faire ? ») plutôt que sur son habileté à exécuter une succession d’actions avec précision (« je sais ce qu’il faut faire mais je n’arrive pas encore à tout traverser »). Non pas que la maniabilité vienne poser problème. Au contraire, bien qu’entièrement tactile, Escape Plan répond admirablement, tout en offrant une utilisation ingénieuse des différentes spécificités de la console (maintenir son doigt sur un tuyau percé pour arrêter une fuite de gaz mortel, belle idée). Gage de la qualité du titre, après un peu plus de trois heures en sa compagnie, le joueur n’a qu’une seule envie, en avoir plus. Et malgré un plaisir de jeu évident, il reste la frustration que le titre aurait pu l’entraîner plus loin, plus haut…

 

note : 16/20



15/04/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres