geekulture

Rayman Origins

 

 

 

  • En résumé

 

Beau, ingénieux, jouable, ou encore fun ne sont que quelques-unes des qualités dont recèle la création de Michel Ancel. Si bien, que l’absence d’une histoire digne de ce nom passe presque totalement inaperçue. Avec Rayman Origins, Ubisoft tient un des tous meilleurs jeux de plates-formes de cette génération. Qu’on se le dise, Rayman est de retour, et il n’a pas pris une ride.

 
  • Les plus
  • Une réalisation du tonnerre
  • Un jeu qui fait voir du pays
  • La coopération
  • Les moins
  • Des musiques parfois crispantes
  • Un scénario presque inexistant
  • Pas de coop en ligne
 
 

Test de Rayman Origins

 

Quatre ans après avoir laissé les joueurs en compagnie des Lapins Crétins, Rayman est de retour. Pour marquer le coup, il revient dans le genre qui a fait sa renommée : la plate-forme 2D.

 

 

Plus de huit ans après sa dernière véritable aventure (Rayman 3: Hoodlum Havoc), Rayman reprend du service. Initialement prévu pour être commercialisé en téléchargement, c’est finalement sous la forme d’un jeu complet que Rayman Originss’apprête à envahir les bacs. Et cette fois, il n’est pas question de 3D, et encore moins de mini-jeux. Comme son nom l’indique, le titre revient aux origines de la série, tant au niveau du gameplay, qu’à celui de l’histoire. Tout commence à la Croisée des Rêves, alors que Rayman et ses amis sont tranquillement en train de faire la sieste. Excédés par le bruit causé par leurs ronflements, leurs voisins quelques peu excessifs de la Lande aux Esprits Frappés décident d’envahir les terres de ces odieux dormeurs. Il revient donc à Rayman, Globox, et leurs amis Ptizètres de renvoyer ces assaillants chez eux. Avec un tel pitch, inutile de préciser que l’univers de Rayman n’a rien perdu de son petit côté déjanté. Cela étant dit, une histoire un peu plus travaillée n’aurait pas été de refus. Le jeu s'appelle Origins, et on n'apprend finalement pas grand chose sur l'histoire de ce drôle de personnage...

Rayman-Origins-64915

What a wonderful world

Si le scénario n’est pas vraiment le point fort de Rayman Origins, l’inverse est tout aussi vrai à propos de sa réalisation. D’entrée de jeu, le titre d’Ubisoft marque par sa beauté. Sans vouloir faire dans l’hyperbole, voilà certainement l’un des plus beaux jeux en 2D de cette génération. Au cours de son aventure, Rayman est amené à traverser des environnements aux thématiques variées (cuisine, piraterie, musique, etc...), tous plus plaisants les uns que les autres. Une réussite à eux seuls, ces graphismes sont également mis en valeur par les animations. Regarder bouger les héros, les ennemis, ou même les éléments du décor est un véritable plaisir. Pour s'en rendre compte, il ne faut pas se cantonner aux captures d'écran, mais plutôt voir le jeu en mouvement. D’autant plus que l’univers regorge de détails et de gags visuels. Du côté du son, le jeu dispose de musiques et de bruitages « cartoonesques » qui accompagnent de manière cohérente les changements d’ambiance et de rythme. Malgré tout, c’est justement l’ambiance sonore qui fait passer Rayman Origins à deux doigts du sans-faute. Certaines pistes, chantées en charabia par des cousins d’Alvin et les Chimpmunks peuvent devenir agaçantes à la longue. Heureusement, seuls quelques morceaux sont concernés. 

Rayman-Origins-64940

Challenge accepted

À côté de cette réalisation visuelle et sonore aux petits oignons, le gameplay n’est pas en reste. Rayman Origins propose en effet ce qui se fait de mieux en matière de jeu de plates-formes en 2D. Les niveaux jouissent d’un level design recherché et d’un déroulement varié. À l’aide de séquences à défilement horizontal ou vertical, de niveaux sous-marins ou aériens, ou encore de phases de shoot ‘em up, le titre d’Ubisoft parvient à ne jamais être redondant. Ces changements dans la construction des environnements vont par ailleurs de pair avec les compétences du héros. Initialement limitées, ses capacités se débloquent au fur et à mesure qu’il progresse dans l’aventure. Rayman, ou un de ses amis, apprendra par exemple à planer ou à courir sur les murs. Et malgré son aspect enfantin, Rayman Origins ne manque pas de challenge. Sa difficulté progressive bien pensée parvient à titiller même les joueurs les plus expérimentés. Manette en main, il n’y a là encore rien à redire. La jouabilité est intuitive et seule la difficulté de certains passages peut poser problème. Surtout que le jeu ne pardonne pas. Dépourvu d’une barre de vie, le héros meurt au moindre choc. Seule l’obtention d’un cœur, dont l’effet est similaire au masque Aku Aku de Crash Bandicoot, permet d’obtenir un sursis. Comme à la grande époque des jeux de plates-formes en 2D, timing et justesse sont ici les meilleurs outils du joueur. 

Rayman-Origins-64921

Catch à quatre

Comme Michel Ancel et son équipe n’ont visiblement pas souhaité faire les choses à moitié, Rayman Origins bénéficie également d’une excellente durée de vie. À l’instar des étoiles dans un Super Mario Galaxy, chaque niveau contient un nombre donné d’Electoons à récupérer de diverses manières : en les délivrant, en accumulant les Lums, ou encore en terminant le niveau le plus vite possible. En effet, la configuration des niveaux de Rayman Origins convient à la pratique du speed run (façon de jouer dans laquelle le but est de terminer les niveaux le plus rapidement possible). Avec 246 Electoons à récupérer, dont certains très bien cachés, les joueurs acharnés auront besoin de plusieurs dizaines d’heures avant d’en venir à bout. Cerise sur le gâteau, Rayman Origins offre également la possibilité à quatre personnes de prendre part à l’aventure ensemble, en local uniquement, grâce à un système de coopération clairement calqué sur celui de New Super Mario Bros. Wii. Comme c’était le cas dans ce dernier, le degré de coopération ne dépend que de l’état d’esprit des joueurs, tant baffes fratricides et autres coups vaches sont monnaie courante. La coopération apporte en tout cas une plus-value indéniable au titre. Au final, Rayman Originsest une grande réussite. Reste maintenant à espérer qu’Ubisoft n’attende pas huit ans avant de remettre ça.

 

note: 18/20



12/05/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres